Dans l'actualité récente

Copa America : arbitre insulté, penalty sifflé

Voir le site Téléfoot

Le logo de la Copa America Centenario
Par Nicolas SCHIAVI|Ecrit pour TF1|2016-06-05T07:39:40.169Z, mis à jour 2016-06-06T15:59:18.465Z

Alors que la Copa America vient de démarrer aux États-Unis, la compétition accueille de nouvelles règles.

Les joueurs vont devoir tenir leur langue. Une nouvelle règle s'applique depuis le début de la Copa America et elle donne le droit à l'arbitre d'accorder un penalty contre l'équipe d'un joueur qui l'aurait insulté ou emploierait un langage grossier pour s'adresser à lui.

Un pas de géant

Cette règlementation inédite est perçue comme une belle avancée afin d'éradiquer l'irrespect envers le corps arbitral. Donner aux officiels la possibilité de siffler un penalty est peut-être la meilleure façon de ne plus voir des comportements inappropriés sur un terrain de football. Une révolution qui protège les arbitres des agressions verbales.

Les autres règles

Les officiels ne veulent pas en rester là et la Confédération sud-américaine de football a annoncé que 93 amendements restent encore à être validés. On sait d'ores et déjà que les joueurs, les arbitres, les entraîneurs et les supporters pourront déjà compter sur l'utilisation de la vidéo dans certains cas litigieux. Les fans peuvent désormais dire adieu aux décisions douteuses et aux buts valables refusés grâce à cette assistance visuelle.

Autre innovation : les entraîneurs pourront effectuer un quatrième changement de joueur durant les prolongations.

Plus de "triple peine" automatique

Parmi les nouveautés, la douzième règle stipule la fin de la "triple peine" (hormis pour jeu violent). Jusqu'alors, une faute annihilant une occasion de but dans la surface de réparation entraînait un penalty, un carton rouge, puis une suspension automatique du joueur fautif. Désormais, le joueur écopera d'un carton jaune si l'arbitre estime que le joueur a essayé d'aller au ballon d'une manière correcte. Il faudra donc juger plus l'attitude sur la faute que la faute elle-même.