Dans l'actualité récente

Corruption: l'Italie dans la tourmente

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par Guillaume HENAULT-MOREL|Ecrit pour TF1|2012-05-29T13:08:00.000Z, mis à jour 2012-05-29T13:20:34.000Z

Le scandale lié à des matches arrangés dans le championnat italien a pris une nouvelle tournure durant ce week-end. Dix-neuf personnes ont été arrêtées et la suspicion a même atteint la sélection italienne où un joueur a dû quitter le groupe.

L'enquête sur des paris truqués, débutée en juin 2011, connait sa quatrième vague d'arrestations alors que les noms deviennent de plus en plus connus.



Criscito dit adieu à l'Euro


En pleine préparation pour la compétition européenne, la sélection italienne a eu la visite lundi matin de policiers dans le cadre d'une affaire concernant des matches arrangés. Mis en cause dans ce scandale, le défenseur Domenico Criscito a dû quitter le groupe et dire adieu à sa participation à l'Euro : « C'est une grande tristesse. Il aurait vécu avec une pression que personne ne peut assumer » a justifié le sélectionneur Cesare Prandelli.




Le domicile de Conte perquisitionné


L'entraineur de la Juventus Turin est également dans l'œil du cyclone. Il est accusé au cours de la saison 2010-2011, d'avoir été au courant de pratiques frauduleuses lors du titre de champion de son équipe de Sienne en Serie B. Alors que son domicile a été perquisitionné par les autorités italiennes, Antonio Conte a tenu une conférence de presse improvisée lundi après-midi « je répète que je nie toute implication dans cette affaire, comme pour mes joueurs » affirmait-il avec insistance.



De nouvelles arrestations à prévoir


Lourdement touchée en 2006 par le scandale de la désignation des arbitres, l'Italie se retrouve embourbée dans une affaire qui semble loin d'être terminée. Le procureur de Crémone, Roberto du Martino a précisé devant la presse que « certaines décisions doivent encore être approfondies » tandis que la Gazetta dello Sport affirme que Christian Vieri serait également sous le coup d'investigations.


Cette affaire ne permet pas à la sélection italienne de se préparer avec la sérénité nécessaire même si l'exemple de la Coupe du Monde 2006 avait démontré le contraire.