Dans l'actualité récente

Coupe de France : Monaco démarre 2017 par un court succès face à Ajaccio

Voir le site Téléfoot

RTSTFSI
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2017-01-06T22:25:58.403Z, mis à jour 2017-01-06T22:25:59.848Z

Pas toujours serein, Monaco a assuré l'essentiel face à Ajaccio lors des 32e de finale de Coupe de France. Avranches et Les Herbiers ont créé la sensation.

Grâce à des buts de Radamel Falcao et Valère Germain, l’AS Monaco s’est qualifiée pour les 16e de finale de la Coupe de France. L’année démarre en douceur pour les hommes de Leonardo Jardim.

Départ en mode diesel

Au vu des absences liées à diverses causes (CAN, suspension, blessure légère), l’entraîneur portugais a logiquement fait tourner son effectif mais en gardant un objectif clair en tête : ne pas lâcher la Coupe de France, compétition de tous les possibles où les petits savent se transcender pour éliminer les gros. Face à Ajaccio, les Monégasques ont eu du mal à rentrer dedans, sans doute encore un peu rouillés par la trêve hivernale. Certaines passes manquaient de précision et, parfois, les Corses ont su trouver des brèches dans la défense. Mais il y a tel écart de talent entre les deux formations que personne n’a été étonné de voir Falcao ouvrir le score (19e). La dernière fois que le Colombien avait foulé une pelouse en Coupe de France, il en était reparti sur civière, des ligaments touchés, des rêves brisés et un long chemin de croix en prime. De retour en France après des prêts à Manchester United puis Chelsea, El Tigre est en train de redevenir un attaquant qui pèse et ce but est une manière pour lui de tirer définitivement un trait sur l'épisode le plus noir de sa carrière.

Merci Germain

Avant la pause, Monaco n’a pas su trouver une deuxième fois la faille histoire de se mettre une bonne fois pour toutes à l’abri. Au retour des vestiaires, non plus, d’ailleurs. Pourtant, les hommes de Jardim ont essayé mais ont d’abord trouvé deux fois le montant, Falcao (47e) ayant été imité par Mbappé (48e). Et quand on n’arrive pas à mettre ce deuxième but, on offre une chance d’y croire aux adversaires et ce qui devait arriver arriva : égalisation d’Ajaccio sur un penalty un peu chanceux de Cavalli (65e). Mais, cette saison, Monaco est beaucoup trop fort pour trembler et, dans la foulée, Valère Germain, qui venait d’entrer en jeu, a redonné un avantage définitif à son équipe sur un sublime coup-franc de Moutinho déposé sur sa tête (67e). 2-1, score final, malgré quelques frayeurs avant l’ultime coup de sifflet. L’ASM assure l’essentiel avec ce court succès et valide son billet pour la suite de la compétition. Il faudra faire plus pour aller au bout.

Les petits se rebiffent

Dans les deux autres rencontres avancées de ces 32e de finale de Coupe de France, Avranches (National) a pris le meilleur sur le Stade Lavallois (Ligue 2) au terme d’un match où, mené 1 à 0, il a dominé la seconde période pour s’imposer 3-1. Les Herbiers (National) se sont également offert le scalp d’un pensionnaire de Ligue 2, à savoir le Gazélec. Le score de 4-3 témoigne du joli spectacle plein de suspense offert par les deux équipes. Les sensations sont déjà là.