Dans l'actualité récente

Coupe de la Ligue : face à Monaco, le PSG doit affirmer son règne national

Voir le site Téléfoot

Mbappé et Cavani
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2018-03-31T08:40:52.928Z, mis à jour 2018-03-31T08:40:52.928Z

A Bordeaux, le PSG retrouve Monaco, qui l'avait privé de son habituel triplé la saison dernière. Un vrai choc pour cette finale de la Coupe de la Ligue.

La finale de la Coupe de la Ligue, qui se dispute ce samedi soir à Bordeaux, nous offre une affiche rêvée entre les deux premiers du championnat de France : le PSG et Monaco. Pour le club de la capitale, en position de favori même privé de Neymar, la victoire est essentielle.

Triplé en jeu

Le PSG ne sauvera pas sa saison en remportant la Coupe de la Ligue. Mais il effacera une partie de son échec sur la scène européenne en réaffirmant son règne hexagonal, ce qu’il n’était pas parvenu à faire la saison dernière en abandonnant la Ligue 1 à Monaco. Cela tombe bien : c’est ce bourreau qu’il retrouve en finale, dans un remake de celle de l’année dernière qu’il avait dominé dans les grandes largeurs (4-1). Au regard de son avance en championnat et de ce qu’il lui reste à faire pour lever la Coupe de France, on peut affirmer que ce choc est le match le plus important de la fin de saison des parisiens.

Monaco n’a gagné qu’une fois

Ce sera en tout cas la quatrième finale de Coupe de la Ligue entre Monaco et PSG. Auparavant, deux fois sur trois, l’issue était la même : victoire des Parisiens en 2010 et 2017 pour une seule défaite qui remonte à 1985. Une éternité que les Monégasques aimeraient bien terminer, d’autant que cela résonnerait comme une juste récompense pour sa deuxième moitié de saison très, très aboutie et durant laquelle ils ont consolidé leur statut de dauphins.

La bonne dynamique de Monaco

Battu en Ligue 1 à Louis-II le 26 novembre dernier, Monaco n'est plus du tout la même équipe. Après avoir tâtonner, Leonardo Jardim a trouvé un équilibre permettant à son équipe de revendiquer des statistiques ronflantes en 2018 : dix victoires en quinze matches, toutes compétitions confondues, pour une petite défaite au compteur (face à Lyon). En face, le PSG doit composer avec cette boule au ventre induite de l’élimination précoce en Ligue des Champions, au stade des huitièmes de finale. Et avec une pression qui l’oblige à gagner à tout prix ce samedi soir.