Coupe du monde 2018 / Italie - Ancelotti : "La fédération m'a contacté pour le rôle de sélectionneur mais je ne veux pas changer de métier"

Voir le site Téléfoot

RTX2UEH9
Par Alexandre COIQUIL|Ecrit pour TF1|2017-12-05T14:46:09.508Z, mis à jour 2017-12-05T14:53:57.606Z

Interrogé par la Rai Sport sur la possibilité qu'il prenne en main la sélection d'Italie, Carlo Ancelotti, mécontent des problèmes structurels qui polluent football transalpin, a répondu par la négative. Il veut rester entraîneur de club.

Ancelotti annonce qu'il ne prendra pas les commandes de la Squadra


Carlo Ancelotti n’est pas intéressé par la Squadra Azzurra. Interrogé par la Rai Sport sur la possibilité qu’il devienne le prochain sélectionneur de l’Italie, actuellement sans sélectionneur depuis le départ de Giampiero Ventura au lendemain de l’élimination en barrage de la Coupe du monde 2018, l’ancien technicien du Bayern Munich et du Real Madrid a répondu par la négative. Son intention est claire : il veut continuer à entraîner en club.


"La fédération m'a contacté pour le rôle de sélectionneur mais je ne veux pas changer de métier", a révélé Ancelotti lors du programme Domenica Sportiva. "Ce serait un rêve pour moi de m'asseoir sur le banc de la Nazionale, mais être entraîneur est une chose et être sélectionneur en est une autre. Je veux encore entraîner en club",  a souligné le technicien transalpin, actuellement libre de tout engagement depuis son départ du Bayern Munich fin septembre.


Interrogé sur l’état du football italien, en pleine crise après le fiasco vécu lors des éliminatoires, Ancelotti a souligné que ce dernier avait un problème structurel. "Comme d'habitude, on rejette la faute sur l'entraîneur mais ça ne marche pas comme ça", a-t-il pointé du doigt. "Il y a un problème structurel. Par exemple, pourquoi est-ce que nous sommes le seul pays d'Europe dont les stades ne sont pas au niveau et sont à moitié vides ? Ça n'est quand même pas la faute de Ventura."


"Le football italien a des problèmes sérieux et je ne crois pas être capable de les résoudre tout seul" a ensuite conclu Ancelotti. La prise de position et le refus de s’impliquer plus de la part de l’ancien entraîneur du Paris Saint-Germain est un énorme coup de massue pour le football transalpin. Tout porte à croire que ce modèle a vécu. La Coupe du monde 2006 n’est plus que jamais un lointain souvenir.


A lire sur Téléfoot : Carlo Tavecchio démissionne de la présidence de la fédération italienne de football



Plus d'actualité