Coupe du Monde 2018 : Vers un boycott des pays européens ?

Voir le site Téléfoot

error
Par Silvestro DE CARO|Ecrit pour TF1|2014-09-04T09:42:00.000Z, mis à jour 2014-09-04T09:45:09.000Z

Face à la situation politique en Europe et au conflit qui sévit entre l'Ukraine et la Russie, plusieurs pays européens pourraient décider de boycotter la Coupe du Monde 2018, qui se tiendra justement dans le pays dirigé par Poutine.

Dans le monde du sport, les boycotts d'événements liés à des conflits politiques ne sont pas rares. En 1980 par exemple, les Etats-Unis décident de ne pas participer aux Jeux Olympiques organisés à Moscou. Quatre ans plus tard, l'Union Soviétique fait de même et ne se rend pas à Los Angeles. Si ce phénomène avait quelque peu épargné le football, il pourrait bien sévir lors de la Coupe du Monde 2018.

Faire pression sur Moscou
Depuis quelques mois, un conflit sanglant oppose la Russie à l'Ukraine. Pour essayer de mettre fin à cette crise, les pays européens auraient décidé de menacer le pays dirigé par Poutine d'une façon plutôt surprenante. D'après le Financial Times, qui a pris connaissance d'un document en circulation à Bruxelles entre les pays membres de l'Union Européenne, ceux-ci pourraient boycotter la Coupe du Monde 2018. Ce moyen serait-il plus dissuasif qu'une liste de sanctions économiques envers la Russie ?

Quoi qu'il en soit, le document fait bien état d'un possible boycott : « Une action coordonnée pourrait être menée au sein du G7 [États-Unis, Japon, Allemagne, France, Royaume-Uni, Italie, Canada] et au-delà pour recommander la suspension de la participation de la Russie à de grands événements culturels, économiques ou sportifs (courses de Formule 1, compétitions de football de l'UEFA, Coupe du monde 2018, etc.). »

Vendredi, l'Union Européenne dévoilera ses nouvelles sanctions à l'encontre de la Russie, qui a envoyé ses troupes dans l'est de l'Ukraine. Pour le moment, les pénalités économiques devraient prendre le pas sur ce boycott.

« Pas la solution »
Questionné par l'AFP, un porte-parole de la FIFA, la plus haute instance du football mondial, a renvoyé vers un communiqué datant du 25 juillet. Dans celui-ci, la FIFA explique que le boycott n'est pas une solution viable : « L'histoire a montré que le boycott des événements sportifs n'était pas la solution la plus efficace pour régler les problèmes. » Même son de cloche pour la Fédération allemande de football, qui s'est exprimée via son président, Wolfgang Niersbach : « Le boycott de 1980 n'a rien apporté. Ça n'avait été préjudiciable qu'aux sportifs. »

Cet été, des appels au boycott de la Coupe du Monde 2018 avaient déjà été lancés par plusieurs hommes politiques.