Coupe du Monde : les 5 choses dont il faudra se souvenir

Voir le site Téléfoot

error
Par François Touminet|Ecrit pour TF1|2014-07-14T11:43:00.000Z, mis à jour 2014-07-14T13:22:18.000Z

Si cette Coupe du monde restera dans les annales comme l'une des plus prolifiques (171 buts), elle a été marqué par de nombreux autres événements. Voilà les cinq choses à retenir selon Téléfoot.

Pour beaucoup d'observateurs, cette Coupe du monde fut la plus belle histoire. Voici cinq raisons qui font qu'elle restera à coup sûr dans les mémoires.


1- Les gardiens

Si l'on excepte deux bourdes énormes - celle de l'Espagnol Iker Casillas face aux Pays-Bas ou celle du Russe Igor Akinfeev face à la Corée du Sud - jamais les gardiens n'avaient fait autant parler d'eux. Si Thibaut Courtois n'a finalement pas eu trop de boulot à effectuer, il peut malgré être inclus dans la liste de ces portiers très sûrs, au même titre que l'Allemand Manuel Neuer, bien sûr, mais aussi l'Américain Tim Howard (surtout face à la Belgique), le Costaricien Kaylor Navas, le Mexicain Guillermo Ochoa, l'Algérien Raïs M'Bolhi, le Chilien Claudio Bravo ou le Colombien David Ospina. Les vrais stars de ce ce Mondial même si pour eux le plus dur pour eux sera de confirmer.


2- James Rodriguez

Plutôt que Messi, nombreux sont ceux qui aurait bien vu le Colombien remporter le titre du meilleur joueur du tournoi. S'il est tout sauf un inconnu en France, on peut regretter son choix d'avoir opté pour Monaco alors qu'il pourrait exploser dans des clubs plus prestigieux. Les meilleurs clubs européens, dont le Real, sont d'ailleurs à l'affût. Le Mondial qu'il a réalisé (meilleur buteur avec 6 réalisations) lui ouvre toutes les portes. En l'absence de Falcao, il a clairement assumé ses responsabilités. Et il a inscrit ce qui reste le plus beau but de ce Mondial, d'une volée fantastique.


3- L'arbitrage vidéo

Pour la première fois, la Fifa a décidé d'introduire, lors de cette Coupe du monde, l'utilisation de la vidéo pour aider les arbitres. Une aide, grâce à des images analysées en 3D, limitée à la ligne de but (goal-line technology) pour déterminer, en cas de doute du corps arbitral, si oui ou non le ballon a franchi entièrement la ligne de but. Et c'est évidemment la France, première à marquer un "but en or" ou à faire la grève dans un bus, qui a inauguré le dispositif sur son dernier but inscrit contre le Honduras (3-0).


4- Les crocs de Luis Suarez

Luis Suarez a toujours les crocs sur le terrain. Parfois même un peu trop. L'Uruguayen a de l'or dans les pieds, il compte sans aucun doute parmi les trois meilleurs attaquants du monde actuellement - comme en témoigne son transfert de Liverpool à Barcelone pour 75 millions d'euros -, mais, parfois, il pète les plombs. Déjà épinglé dans le championnat anglais ces dernières années, il a remis ça face à l'Italie en se jetant toutes canines dehors sur l'épaule gauche de Giorgio Chiellini.


5- La déroute du Brésil

La Seleçao brisée, la Seleçao outragée, la Seleçao martyrisée... Les qualificatifs ne manquent pas pour évoquer l'humiliation subie par le pays organisateur, grand favori de son Mondial mais privé de ses deux meilleurs joueurs (Thiago Silva, Neymar) en demi-finale face à l'Allemagne. 5 buts encaissés en une demi-heure, dont 4 en 6 minutes et 41 secondes, pour un score final de 7-1 en faveur des Allemands. Les supporters brésiliens, qui voulaient effacer de leurs mémoires le drame du "Maracanazo", en 1950, ne sont pas près de s'en remettre.