Coupe du Monde - Algérie : Ziani "La Slovénie ? Un but de merde"

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par Olivier D'ARIES|Ecrit pour TF1|2010-06-15T08:29:00.000Z, mis à jour 2010-06-15T08:29:00.000Z

2 jours après sa défaite contre la Slovénie à Polokwane avec l'Algérie, Karim Ziani ne décolère toujours pas. L'ancien Marseillais conspue le ballon Jabulani, à l'origine selon lui de ce début de coupe du monde plutôt moyen.

Le Jabulani a bon dos

L'Algérie prend exemple sur son prochain adversaire anglais. A l'image de l'équipe britannique qui n'a pas tenu rigueur à Robert Green de son énorme faute de main, Karim Ziani se refuse d'enfoncer le gardien Fawzi Chaouchi.

Dans les colonnes de l'Equipe, l'ancien Marseillais aujourd'hui à Wolfsburg en Allemagne, conspue à son tour le Jabulani, ballon officiel de la Coupe du Monde : "Le ballon, tu le touches à peine, il part à deux kilomètres. C'est une catastrophe, une véritable catastrophe à tous les niveaux ! Le ballon vient vers toi et tout à coup, il part à droite. Regardez les attaquants depuis le début : aucun ne peut faire de contrôles orientés, dribbler ou tirer. Au sol, le ballon change de direction, c'est impossible."


La Slovénie ? "Un but de merde"

Si l'on peut louer le support de Karim Ziani à son gardien, que penser en revanche des ses sorties publiques toujours aussi maladroites. On se souvient du clash avec Eric Geretes en 2008 contre Carquefou. Peu à son avantage, Ziani est remplacé par le coach belge. Le footballeur n'apprécie pas et refuse de sortir. Les insultes pleuvent, Gerets hallucine et met de force Ziani sur le banc. Il est alors sanctionné par la direction de l'OM. Plus tard, c'est à un entrainement avec Hatem Ben Arfa que Karim Ziani va faire parler de lui.


Cette fois, l'attaquant algérien manque de respect à la Slovénie. "Ils n'ont pas une occasion et ils marquent un but de merde !". Malgré la prestation très décevante des Fennecs, Ziani ne perd pas espoir : "On l'a déjà montré : on peut relever la tête. Quand on joue contre l'Angleterre, on joue contre une grande équipe. On va tout faire pour essayer de se qualifier. On n'a plus rien à perdre. Il faut créer la surprise."


Des surprises, la Jabulani en est plein !