Coupe du monde Equateur-France : Les 5 raisons de parier sur les Bleus

Voir le site Téléfoot

error
Par Silvestro DE CARO|Ecrit pour TF1|2014-06-25T08:04:00.000Z, mis à jour 2014-06-25T08:04:00.000Z

Mercredi soir, la France et l'Equateur croisent le fer au Maracana dans le cadre de leur dernier match du groupe. Après ses deux victoires face au Honduras et la Suisse, la bande à Deschamps va étriller l'Equateur. La rédaction de Téléfoot.fr, avec Opta, vous explique pourquoi en cinq raisons.

Après un Mondial 2010 catastrophique, la France a renversé la vapeur et a remporté ses deux premiers matches de l'édition 2014 de la Coupe du Monde. Benzema et consorts ont étrillé le Honduras 3-0, avant de dominer la Suisse 5-2. Face à l'Equateur, la donne sera la même.

La France a l'histoire de son côté

De leur histoire commune, France et Equateur ne se sont affrontés qu'à une seule reprise, en 2008. A cette époque, un doublé de Bafétimbi Gomis avait permis aux Bleus de s'imposer 2-0. Depuis, la France a parcouru du chemin, et reste invaincue lors de ses six dernières rencontres en Coupe du Monde face à des adversaires sud-américains, pour un bilan de trois victoires et autant de matches nuls. Mercredi soir, la série va se prolonger, et la France va gagner. Car, de toute son histoire, jamais La Tri n'a connu de match nul en Coupe du Monde (quatre victoires, cinq défaites).

Le titre de meilleur buteur en jeu
Si Bafé Gomis ne sera pas là pour faire trembler les filets adverses, la France n'a pas de quoi s'inquiéter. Elle compte dans ses rangs Karim Benzema, qui vise le titre de meilleur buteur de la compétition, le Soulier d'Or. Il est pour le moment deuxième du classement, derrière Neymar et ses quatre pralines. Dans la forme de sa vie, le joueur du Real Madrid a inscrit neuf buts lors de ses huit dernières sélections. Plus généralement, il est impliqué dans neuf buts sur les trois derniers matches de l'EDF, avec cinq buts et quatre passes décisives. Et lors de cette Coupe du Monde, il est le joueur qui a réussi le plus de frappes cadrées, huit. Benzegoal pourrait bien gonfler ses statistiques face à l'Equateur.

Finir premier
Qu'on se le dise, la France a de grandes chances de terminer à la tête du groupe, même s'il faut pour cela assurer au minimum un match nul face à l'Equateur. En cas de défaite, l'EDF pourrait être rétrogradée à la deuxième place du groupe, et croiser le fer en huitièmes avec l'Argentine. Vous l'aurez compris, cela serait une très mauvaise opération. Autant gagner et affronter l'Iran ou le Nigéria au tour suivant, ce qui paraît beaucoup plus abordable pour Cabaye et consorts. Avec une seule défaite sur ses huit matches sur le sol brésilien, disposer de la Tri devrait être une formalité pour la France.

Les remplaçants français brillent
Après deux matches de bonne facture, Didier Deschamps aurait décidé de faire tourner son effectif. De son 4-3-3 habituel, six changements se profileraient. En défense centrale, par exemple, Sakho et Koscielny tiendront la baraque, tout comme Griezmann et Rémy en attaque. Ces deux joueurs, habituels remplaçants, ont brillé face à la Jamaïque et la Norvège, en y allant de leurs réalisations. Frais, les joueurs auront l'avantage physiquement.

Sauver la Suisse
A égalité de points avec l'Equateur, la Suisse pourrait passer à la trappe en fonction du résultat de la Tri. La France, qui représente l'Europe, ne voudra pas prendre le risque de voir un représentant de son continent se faire sortir. Lors de ce Mondial, les équipes sud-américaines ont déjà assez maltraité ses adversaires européens. Alors, si la France peut faire un pied de nez aux Américains, elle ne se gênera pas. Mission, redorer le blason de l'Europe.

La rédaction de Téléfoot.fr parie sur une victoire 4-1 de la France face à l'Equateur. Avec une cote à 26 pour ce résultat, une mise de 5€ vous rapporterait 130€.


pariez 2

Pour le match Equateur-France, notre partenaire PMU.fr vous offre jusqu'à 250 euros pour toute nouvelle ouverture de compte. Rendez-vous sur pmu.fr pour parier sur ce troisième match des Bleus de la Coupe du Monde 2014.