Coupe du Monde : Europe vs Amérique du Sud

Voir le site Téléfoot

error
Par François Touminet|Ecrit pour TF1|2014-07-06T16:35:00.000Z, mis à jour 2014-07-07T11:55:34.000Z

En 2010, la finale était 100 % européenne, tout comme en 2006. Cette année, les choses pourraient tourner différemment. Nombreux sont les amateurs de football qui rêvent d'une finale Brésil-Argentine. Hollandais et Allemands ne l'entendent pas de cette oreille.

Brésil - Allemagne et Argentine - Pays-Bas, tels sont les affiches des demi-finales de la Coupe du monde 2014. Alléchant !


Un quatuor exact au rendez-vous

C'est la ligne droite finale. Les quatre équipes encore en lice dans cette Coupe du monde 2014 n'ont plus que deux matches à gagner pour remporter le trophée suprême. Ce Graal footballistique, objectif majeur de la vie d'un footballeur, est à portée de pied. Et sans trop de surprise, on commence à y voir plus clair dans la hiérarchie mondiale. Parmi les quatre équipes restant en lice, on trouve deux pays de la Vieille Europe et deux de l'Amérique latine. Une répartition finalement assez logique au regard des forces en présence à l'entame de la compétition.


Pas vraiment de favori

Bien malin celui qui aura le pronostic juste pour la victoire finale. Le niveau global de la compétition a été très homogène et même les équipes historiquement favorites ont dû batailler ferme pour passer face à des adversaires plus modestes. Cet affrontement Europe/Amérique est donc plus qu'incertain. Si les quatre sélections en course - le Brésil, l'Argentine, l'Allemagne et les Pays-Bas - étaient, "sur le papier", favoris de leur quart respectif aucune de ces équipes ne se détachent comme le prétendant principal pour soulever le trophée dimanche, à Rio, dans le stade du Maracana.


Des absences qui vont compter

Pour un Mondial sur le sol sud-américain, il serait magnifique d'avoir un vainqueur local. Mais pour l'Argentine comme pour le Brésil, les absences pourraient peser lourd. Du côté de la Seleçao, on pense bien sûr à la suspension pour la demi de Thiago Silva et celle à plus long terme de Neymar, moteur du onze brésilien depuis le début du tournoi. Côté argentin, c'est la blessure de Di Maria, touché aux quadriceps, qui a refroidi le peuple argentin. Outre les impondérables, c'est la pression immense qui pèse sur les épaules de ces deux sélections sud-américaines qui pourrait leur jouer un tour. Les Allemands, qui ont traversé le tournoi sans trop trembler, et les Pays-Bas, sortis indemnes d'une séance de tirs aux buts historique, n'ont pas ce souci-là. Tout sauf un détail.


Le Brésil et l'Allemagne se défieront ce mardi 8 juillet à 22 heures à Belo Horizonte. Le lendemain, toujours à 22 heures, l'Argentine sera opposé aux Pays-Bas à Sao Paulo.