Coupe du monde : l'Argentine à l'épreuve de l'Allemagne

Voir le site Téléfoot

600x336 ARGENTINE-ALLEMAGNE
Par Laurent TITY|Ecrit pour TF1|2011-07-03T13:38:00.000Z, mis à jour 2011-07-03T13:38:00.000Z

Affiche alléchante des quarts de finale de la Coupe du monde, la rencontre entre l'Argentine et l'Allemagne prend déjà des allures de règlement de comptes. Mais il ne faut pas s'y tromper, il s'agit là d'un véritable match-test pour la bande à Maradona.

Un match sous haute tension
Depuis que les deux sélections savent qu'elles s'affronteront au prochain tour, la tension est montée d'un cran en Afrique du Sud. Le choc Argentine-Allemagne s'impose comme le premier match sous haute tension de ce Mondial, en raison notamment de la confrontation lors de l'édition 2006. Les deux équipes s'étaient alors livrées à une véritable guerre de tranchées, pour finalement une qualification de la Mannschaft devant son public (1-1, 4 tirs au but à 2), ponctuée d'une bagarre générale. Une victoire acquise de haute lutte qui semble pourtant avoir laissé plus de séquelles aux Allemands.

Les Allemands dégainent les premiers
Ce sont d'ailleurs les Teutons qui ont ouvert les hostilités en conférence de presse, par le biais de Bastian Schweinsteiger : « Je trouve que le comportement des Argentins sur le terrain, la façon dont ils gesticulent, dont ils essaient d'influencer l'arbitre, c'est irrespectueux ».
Des propos qui ne risquent pas d'apaiser les esprits, d'autant que le capitaine Philipp Lahm en a rajouté une petite couche : « Bastian a dit ce qu'il a dit. Nous savons que les Sud-Américains sont impulsifs, ont du tempérament et ne peuvent pas perdre (...) Nous verrons samedi comment ils perdront et se comporteront après cette défaite ».

Les Argentins répliquent
Inutile de préciser que les Argentins n'ont pas tardé à répliquer. C'est d'abord le milieu de terrain Javier Pastore qui a répondu en demandant « que Schweinsteiger s'occupe de ses affaires ». Quant au bouillant Diego Maradona, il ne pouvait évidemment pas laisser passer l'occasion avec un moqueur « C'est quoi ton problème, Schweinsteiger, tu es nerveux ? »

L'Albiceleste légèrement favorite
Le décor planté, il n'en demeure pas moins vrai que l'Argentine part a priori avec la faveur des pronostics. Les individualités de l'Albiceleste paraissent largement supérieures et la victoire face au Mexique donne confiance. Mais la jeunesse fringante et l'allant offensif de l'Allemagne rééquilibrent fortement les débats, surtout depuis l'impressionnante victoire contre l'Angleterre (4-1). Plus que jamais, ce quart de finale s'avère indécis.