Coupe du Monde : En larmes, Neymar explique qu'il aurait pu être paralysé

Voir le site Téléfoot

Brésil-Croatie : Neymar offre la victoire à la Seleçao
Par Silvestro DE CARO|Ecrit pour TF1|2014-07-11T08:51:00.000Z, mis à jour 2014-07-11T08:55:05.000Z

En conférence de presse, Neymar est revenu sur la blessure qu'il a subie suite à une faute de Zuniga. Très ému, il a expliqué qu'il aurait pu être paralysé.

Si sa Coupe du Monde est bien terminée après la vilaine faute de Zuniga, Neymar est retourné à Teresopolis, le camp de base de la Seleçao, pour soutenir ses coéquipiers, qui doivent encore disputer la petite finale samedi face aux Pays-Bas. Le numéro 10 en a profité pour se confier sur sa blessure, le joueur colombien, l'humiliation du Brésil, et a répondu à son agent qui avait taclé Scolari.

« Si cela avait été deux centimètres de plus, je serais peut-être dans une chaise roulante »
Alors que le Brésil affronte la Colombie en quarts de finale de la Coupe du Monde, Zuniga se rend coupable d'une vilaine faute sur Neymar. Le Brésilien est alors victime d'une fracture d'une vertèbre, et doit être écarté des terrains pendant quarante jours. Mais comme l'a expliqué Neymar en conférence de presse, ce coup de genou aurait pu avoir des conséquences bien plus dramatiques : « C'est une action que je n'accepte pas. Je ne vais pas dire qu'il y avait quelque chose de malveillant, je ne suis pas dans sa tête. Mais celui qui connaît le foot sait que sa charge n'est pas normale. Quand tu veux faire faute sur quelqu'un de dos pour arrêter l'action, tu pousses, tu le retiens [...]. On m'a souvent accusé de tomber facilement. Quand je suis de face, j'ai la vision périphérique et je peux me protéger. Mais de dos... Il y a une règle, il faut être protégé et j'ai fini blessé. Dieu m'a aidé. Si cela avait été deux centimètres de plus, je serais peut-être dans une chaise roulante. C'est compliqué d'en parler. Le moment le plus important de ma carrière...»

Neymar (while crying): “Zuniga apologized but If it was 2 centimeters lower, I could be in a wheelchair today.” pic.twitter.com/VXIUFE6ACk

— Football BARCA™ (@SoccerGuyTweets) 10 Juillet 2014

Le coupable, Zuniga, qui est constamment escorté par la police lors de ses vacances en Colombie, s'est excusé auprès de Neymar. Le joueur de la Seleçao ne lui en veut d'ailleurs pas : « Il m'a appelé, a demandé pardon, il m'a dit qu'il ne voulait pas me blesser. Il a dit des choses sympas. Je n'ai pas de rancœur ou de haine. Je lui souhaite le meilleur pour sa carrière. » Un geste rempli de classe, d'un joueur qui aurait pu être en fauteuil roulant au moment de livrer son sentiment.

« J'ai trouvé ça incroyable »
Neymar n'était donc pas sur le terrain mardi face à l'Allemagne lors de la demi-finale. Il a assisté de loin à l'humiliation, et ne parvient toujours pas à l'expliquer : « J'ai trouvé ça incroyable, inexplicable. Je ne peux pas l'expliquer. Il y a eu un black-out. C'est facile de parler après. J'ai déjà vécu ça : tu n'arrives pas à t'organiser, tu ne réussis plus une passe, tu ne réussis plus rien. On ne demande qu'une chose, c'est que la lumière revienne [...]. On voulait tous gagner le titre, on a travaillé pour ça. Ce n'est pas à cause d'une défaite, de la perte du titre que tous les joueurs sont tristes. On est suffisamment forts pour le surmonter mais voir ton fils, ta famille, des gens que tu ne connais pas pleurer... J'ai pleuré, pas parce qu'on a perdu, mais parce qu'on ne méritait pas de perdre comme ça, on ne méritait pas ça. »

Neymar In Tears: I Could Be In A Wheelchair http://t.co/26ntiHClLq via @Soccer_Laduma #SLWC pic.twitter.com/7OZeGU6Vj5

— David Kappel (@kappilinho) 11 Juillet 2014

« Il y a deux personnes qui peuvent parler en mon nom »
Emu, le joueur a également tenu à revenir sur la petite polémique qui a défrayé la chronique après l'élimination du Brésil. L'agent du joueur du FC Barcelone avait alors critiqué Scolari sur Twitter. Des propos que Neymar ne cautionne pas : « Il y a deux personnes qui peuvent parler en mon nom. Mon père et moi. Ce qui sort de la bouche de Wagner le regarde. C'est une personne que j'admire, et que j'aime bien, mais c'est à lui de répondre de ses paroles. Je ne suis pas d'accord, je n'accepte pas. »

Neymar soutiendra désormais le Brésil depuis les tribunes, samedi soir. Il faudra beaucoup de courage à la Seleçao pour arracher la troisième place de la compétition, et battre les Pays-Bas.