Coupe du Monde : Le Pape est-il à l'origine de la qualification de l'Argentine ?

coupe-monde-pape-a-l-origine-de-qualification-de-l-argentine-7449985
Grand supporteur de football, le Pape, Jorge Mario Bergoglio, a regardé la rencontre opposant l'Argentine à la Suisse. Qualifiée quasiment miraculeusement, l'Albiceleste doit-elle son salut à François ?
Il existe parfois des miracles dans le football. Le dernier en date pourrait être la qualification de l'Argentine face à la Suisse en huitièmes de finale de la Coupe du Monde. L'Albiceleste s'est imposée mardi soir au terme d'un match très accroché. Di Maria a offert le quart de finale à sa sélection à la 118ème minute, après un rush solitaire de Lionel Messi. Et si tout cela n'était finalement qu'un coup du destin manigancé par le Pape ?

« Francisco l'a arrêté »
Mardi soir, San Paolo. L'Argentine mène 1-0 face à la Suisse, après un but d'Angel Di Maria. Mais à quelques secondes de la fin de la prolongation, Blerim Dzemaili a une occasion quasiment immanquable de ramener les deux équipes à égalité. Il reçoit le ballon, et le botte de la tête. Romero est battu. Mais à la plus grande désillusion du joueur de Naples, le cuir s'écrase contre le poteau, avant de rebondir sur la cuisse du joueur. Surpris, il n'a pas le temps de la contrôler, et le ballon sort en six mètres. Le portier monégasque était pourtant battu. Il n'en fallait guère plus pour AS, le quotidien espagnol, de croire à un miracle du Pape François. C'est en tout cas ce que le canard suggère en une : « Francisco l'a arrêté », faisant référence à la tête de Dzemaili. D'après eux, le fait que la balle s'écrase sur le poteau est un véritable miracle. Pour Marca, le photomontage parle de lui-même.


Le Pape fan de foot
Quoi qu'il en soit, miracle ou pas, le Pape était bien devant sa lucarne pour supporter son équipe. Avant la rencontre, il déclarait même avec humour à ses gardes suisses : « Ça va être la guerre ! » d'après l'agence spécialisée sur le Vatican I.Media. Ses protecteurs l'ont même convié pour regarder la rencontre avec eux dans leur caserne, mais François a décliné l'invitation. Grand fan de football, celui qui officie à la plus haute fonction du Vatican depuis mars 2013 supporte l'équipe de San Lorenzo, en Argentine.

Face à la Belgique en quart de finale samedi soir, François pourra-t-il de nouveau sauver l'Argentine ?

News associées