Dans l'actualité récente

Coupe du monde : pourquoi l'Égypte est à prendre au sérieux

Voir le site Téléfoot

EgypteRTS1FNKV (1)
Par Farid Sarr|Ecrit pour TF1|2018-03-22T10:43:56.466Z, mis à jour 2018-03-22T10:55:52.476Z

L'Égypte se présentera dans la peau d'un outsider au Mondial 2018. Toutefois les Pharaons ont une carte à jouer, après 24 ans d'absence.

5, c'est le nombre d'équipes africaines (Sénégal, Tunisie, Maroc, Égypte,Nigeria) qui prendront part au Mondial russe qui débutera le 14 juin prochain. Sur le continent l'Égypte apparaît à l'heure actuelle comme étant la formation qui dégage le plus des certitudes. Les futurs adversaires des pharaons sont prévenus. Pour son entrée en lice, la formation d'Hector Cuper devra se démarquer au sein d'un groupe A, assez équilibré. Ainsi l'Arabie Saoudite, l'Uruguay, et la Russie se dresseront devant une équipe sûre de ses forces.  

Salah est en feu

 Si les pharaons sont particulièrement à prendre au sérieux c'est en grande partie dû à Mohamed Salah. L'attaquant égyptien est dans la forme de sa vie. Il permet ansi à son club de Liverpool, de réaliser une saison convaincante (trosième à deux points de Manchester United, deuxième). Pourquoi ce dernier n'arriverait pas à en faire de même avec son équipe nationale ? C'est là que repose tout l'enjeu de cette compétition pour ce dernier. Il aura la lourde tâche de porter son équipe nationale au sein d'un Mondial où les Égyptiens ne se présentent pas dans la peau d'un favori. Son niveau de performance est telle, que certains se laissent aller à la comparaison avec Lionel Messi. « Les comparaisons avec Messi ? Je suis sûr que c’est quelque chose de bien d’être comparé à un grand joueur qui a été au top durant tant d’années comme Messi. Mais je parle seulement de comparaison concernant le nombre de buts», confiait -il dernièrement. Au regard des statistiques Mohamed Salah peut même se vanter de faire mieux que la star du FC Barcelone. L'Égyptien caracole en tête du classement des meilleurs buteurs de Premier League (28 buts) et a déjà trouvé le chemin des filets à 37 reprises cette saison. Seul Cristiano Ronaldo fait mieux en le devançant d'une unité. Nul doute qu'avec le pensionnaire de Premier League, les Pharaons possèdent une arme offensive qui n'a rien à envier à de nombreux grands joueurs. Sans surprise ce dernier a été élu meilleur joueur africain par la Confédération a fricain de football (CAF), en janvier dernier. 

L'Égypte a des certitudes 

Outre Mohamed Salah, l'Égypte possède également une certaine expérience qui fait d'elle une équipe sérieuse. Il s'agit tout simplement de l'équipe africaine la plus titrée de l'histoire. Les Égyptiens ont remporté à sept reprises la Coupe d'Afrique des nations (CAN), aucune autre formation ne fait mieux. Autre élément et non des moindres à prendre en compte, les Pharaons sont menés d'une main de maître par Hector Cuper depuis 2015. Ce dernier a eu le mérite d'insuffler un nouveau souffle à une équipe en manque de confiance. Comme en témoignent ces longues années de disette, sans titre. Pour sa première Coupe d'Afrique sous sa houlette, l'Égypte s'est hissée en finale (édition 2017 face au Cameroun), une belle performance pour une équipe qui avant lui, restait sur trois absences de suite lors des tournois précédents. Les Pharaons possèdent également quelques joueurs d'expérience dans leurs rangs à l'image d' Essam El Hadary (45 ans), qui pourrait devenir le gardien le plus âgé à disputé un Mondial. Un record que détenait jusque-là le gardien colombien Faryd Mondragón (42 ans). Le jeune milieu de terrain Mohamed Elneny (Arsenal), pourrait également créer la sensation. Le joueur de 25 ans est considéré par beaucoup comme un grand espoir.