Cristiano Ronaldo accusé d’avoir acheté le silence d’une femme qu’il aurait violée

Voir le site Téléfoot

Cristiano Ronaldo - Real Madrid
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2017-04-15T09:20:12.553Z, mis à jour 2017-04-15T09:20:14.053Z

Le média allemand Der Spiegel a annoncé vendredi que Cristiano Ronaldo aurait payé une femme victime d'un viol en 2009 afin qu'elle garde le silence. Le clan de CR7 est déjà monté au créneau.

Serait-ce une tentative de déstabilisation avant le match retour face au Bayern Munich ? Dans tous les cas, l’hebdomadaire allemand Der Spiegel a balancé une bombe, vendredi, en publiant une information selon laquelle Cristiano Ronaldo aurait acheté le silence d’une femme victime de viol. Le camp du Portugais a déjà réagi en réfutant ces accusations assez graves. 

Des faits qui remonteraient à 2009

Selon l’enquête de Der Spiegel, notamment basée sur des documents écrits reçus dans le cadre des Football Leaks, Cristiano Ronaldo aurait donc abusé sexuellement d’une femme le 13 juin 2009, dans un hôtel luxueux à Las Vegas. Pour ne pas que l’affaire s’ébruite, l’attaquant du Real Madrid se serait entendu avec la victime pour qu’elle garde le silence et détruise toute trace de preuves moyennant un accord chiffré à 375 000 dollars. 

La réponse de Ronaldo Cristiano

Ronaldo n’a pas communiqué publiquement sur cette affaire mais a chargé ses avocats de contre-attaquer. Son représentant à Munich, Johannes Kreile, a assuré que les accusations portées au Portugais sont incorrectes et « doivent être rejetées ». Le quadruple Ballon d’Or « engagera toute action (utile) contre toute présentation erronée des faits et toute violation de ses droits personnels ». Autrement dit, CR7 n’en restera pas là et ne laissera pas le média allemand écorner son image, media allemand qui avait déjà accusé le Portugais d’avoir dissimulé 150 millions d’euros au fisc espagnol. L’intéressé avait bien évidemment clamé son innocence. 

Le communiqué de l’agence Gestifute

Le clan Cristiano Ronaldo a également répondu aux allégations de Der Spiegel via une note publiée sur le site de l’agence Gestifute. « C’est une œuvre de fiction journalistique. La présumée victime refuse d’être identifiée, ce qui corrobore l’histoire. Et toute cette affaire est basée sur des documents non signés, où les parties sont identifiées par des codes, s’articulant autour d’emails d’avocats qui ne représentent pas Cristiano Ronaldo et dont il n’a pas confirmation de l’authenticité, et liée à une supposée lettre envoyée par la victime qu’il n’a jamais reçue. L’information de Der Spiegel est fausse et Cristiano Ronaldo agira contre le média par tous les moyens possibles. L’implication dans un viol est une accusation répugnante et outrageuse. »