Danemark - Italie : les Azzurri compliquent la tâche des Danois

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par Francois TOUMINET|Ecrit pour TF1|2013-10-12T07:58:00.000Z, mis à jour 2013-10-12T09:41:47.000Z

Rejoints au score en toute fin de match par l'Italie, les Danois sont néanmoins revenus à hauteur de la Bulgarie dans le groupe B (2-2). Les barrages sont toujours dans leurs cordes.

L'Italie, déjà qualifiée pour le Mondial 2014, a égalisé à la dernière minute au Danemark (2-2) au moment où les Rouges se voyaient déjà deuxièmes et probables barragistes.


Bendtner répond présent

Ca ne s'annonce pas simple mais le Danemark peut toujours espérer se qualifier pour la Coupe du monde au Brésil. Pourtant, c'est un vrai coup de massue qu'ils ont reçu sur la tête ce vendredi à Copenhague. Menés au score à la 28e minute après un but d'Osvaldo, les Danois avaient égalisé juste avant la mi-temps par Nicklas Bendtner (45e+1). L'attaquant d'Arsenal, qui avait une revanche à prendre après sa saison blanche à la Juventus la saison passée, inscrivait le deuxième but à la 79e, trompant encore une fois Gianluigi Buffon, nouveau recordman des sélections en équipe d'Italie. Mais les Italiens ont égalisé dans les arrêts de jeu par Aquilani (90e+1).


Le Danemark croit aux barrages

Troisièmes, les Scandinaves peuvent toujours terminer à la deuxième place du groupe B. Il faudra pour cela qu'ils s'imposent contre Malte mardi - ce qui ne devrait pas faire un pli - en espérant que la Bulgarie ne gagne pas contre la République tchèque, victorieuse de Malte (4-1) ce vendredi soir. Côté transalpin, ce partage des points reste une bonne chose en soi. Déjà qualifiée, on ne pourra pas reprocher à la Squadra azzurra d'avoir faussé la compétition. Avec seulement quatre titulaires indiscutables présents au coup d'envoie - un par ligne, Gianluigi Buffon, Giorgio Chiellini en défense, Riccardo Montolivo au milieu et Antonio Candreva devant - elle a néanmoins montré moins de maîtrise que lors de ses dernières sorties.


Prandelli : "Finir invaincus"

Cesare Prandelli, le sélectionneur italien choisissait de retenir le positif : "Nous avons souffert, surtout les 20 minutes au début de la seconde période, où nous avons uniquement pensé à défendre. Cette équipe doit jouer, si elle perd l'habitude de faire circuler la balle elle devient vulnérable. Les Danois ont tout donné, parce qu'ils devaient absolument gagner. C'est vrai que nous avons eu de la chance mais je crois que le résultat est juste. Nous avons connu 35 minutes très bonnes et Claudio Marchisio a eu une balle de 2-0. Il reste l'Arménie, nous voulons finir invaincus."


L'Italie affrontera l'Arménie mardi prochain tandis que le Danemark jouera son avenir face à Malte.