Le déballage étouffé dans l'oeuf ?

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par Eurosport|Ecrit pour TF1|2010-06-30T11:45:02.000Z, mis à jour 2010-06-30T11:45:02.000Z

Domenech et ses hommes auraient négocié dans l'avion du retour en Afrique du Sud un pacte de non-agression médiatique, après le psychodrame de Knysna. C'est ce que défend France Football dans ses colonnes, mardi.

Evra, Henry et Abidal n'ont livré à la France qu'une version tronquée du psychodrame qui a secoué les Bleus en Afrique du Sud. Cette intuition, beaucoup de téléspectateurs l'ont eue vendredi dernier. Ruffier a confirmé trois jours plus tard qu'il n'y avait pas d'unanimité dans les rangs tricolores pour décréter le boycott de l'entraînement. Il a aussi fait comprendre que beaucoup de choses inavouables faites et dites dans le bus, ce fameux 20 juin, ne sortiraient jamais. A en croire France Football, mardi, c'est plus qu'un sentiment personnel. Ce serait le résultat d'un véritable pacte.


Le bi-hebdomadaire publie un dossier, qui ne cite pas ses sources, mais qui est assez clair sur le fond: par peur mutuelle des petites phrases malheureuses qu'ils étaient susceptibles de prononcer à micro ouvert, Raymond Domenech et ses cadres auraient négocié, dans l'avion du retour entre George et Le Bourget, un pacte de non agression. Oubliées, les grandes phrases d'Evra sur ces Français qui ont le droit de savoir. Etouffée, les phrases ciselées que le sélectionneur auraient pu asséner contre ses cadres. Les rendez-vous médias avec TF1 et Canal+ étaient dans l'air? Les joueurs ne les annuleraient pas, mais ils les videraient d'une partie de leur substance. D'où ce discours tiède sur un groupe "sain", "uni", qui a juste un peu pété les plombs. Par maladresse...


Délivrant les informations recueillies sur les coulisses de cette campagne désastreuse, France Football affirme par ailleurs que Raymond Domenech a failli faire comme Jean-Louis Valentin : démissionner sur le champ et regagner Paris deux jours avant France - Afrique du Sud, le dernier match du groupe A. C'est Djibril Cissé qui l'aurait retenu d'un geste aussi extrême. Domenech aura seulement décidé de "censurer" Patrice Evra, porte-parole des joueurs, en l'empêchant de présenter ses excuses le lendemain. Les députés pourront peut-être cuisiner l'ex-sélectionneur sur tous ces sujets mardi. Domenech, qui aurait juré d'être discret dans les médias à son retour, a été convoqué pour être auditionné par la commission des Affaires culturelles en même temps que Jean-Pierre Escalettes. Roselyne Bachelot l'a été lundi. Elle a dit qu'elle avait trouvé les joueurs "tout-à-fait under control". Son sourire en coin voulait dire autre chose : ils étaient très en-deça de la vérité.