Débat : super-Barça ou supra-Seleccion ?

Voir le site Téléfoot

Débat : super-Barça ou supra-Seleccion ?
Par Maxime DUPUIS et Martin MOSNIER|Ecrit pour TF1|2010-07-11T15:15:02.000Z, mis à jour 2010-07-11T15:15:02.000Z

Il y a deux façons de concevoir la réussite du jeu espagnol : comme une extension de celle du FC Barcelone ou comme une synthèse, enfin aboutie, entre la tradition catalane et le "Madridisme". Deux de nos journalistes débattent.

"El Equipo de Todos" (par Maxime DUPUIS)


Cette équipe d'Espagne est une émanation technique et tactique du FC Barcelone. Evidemment. Dire le contraire serait aberrant. Dans l'histoire, les grandes équipes nationales n'ont pas jamais renié leurs clubs phares. Mais la Roja 2010, comme sa devancière qui a gagné l'Euro, représente plus qu'un club. La sélection, c'est l'Espagne. Vicente Del Bosque a tenu à le rappeler, samedi soir lors de la conférence de presse précédant la finale entre l'Espagne et les Pays-Bas : "Nos joueurs viennent de différentes régions et sont unis sur le terrain. Il y a ce même sentiment d'unité en Espagne, je pense en ce moment. Le sport joue un rôle important sur ce point."


Comme l'annonce le panneau qui surplombe les joueurs lors de leurs conférences de presse, l'Espagne est "El equipo de todos" ("L'équipe de tous"). Oui, l'Espagne appartient à tout le monde et se reflète dans le pays entier. Le temps de cette Coupe du monde, au moins, les revendications et appartenances régionales ont laissé place à un support inconditionnel à la nation. Les ventes de drapeaux lors de ce mois de fête ont explosé et déjà dépassé celles d'une année normale. Vu de France, ça peut sembler naturel. Remember 1998 et 2006. Mais ça ne l'est pas. L'Espagne n'a pas le passé jacobin de la France. Chez les joueurs, c'est la même chose. Catalans, Castillans ou Basques ont rangé leur régionalisme dans leur poche. Joueurs du Barça et du Real se sont unis. Ajoutez à cela quelques louches bien remplies de talent et vous avez une recette explosive qui va peut-être décrocher la lune dimanche soir.


Même Cruyff le dit (par Martin MOSNIER)


Copier-Coller. L'Espagne et le FC Barcelone, deux gouttes d'eau. Ou presque. Soyons honnêtes, la Roja utilise deux récupérateurs, certes. Casillas, Ramos, Alonso et Capdevila ne font pas partie du onze-type des Blaugrana. Pour le reste, c'est du pareil au même. Les hommes sont les mêmes (6 Barcelonais titulaires face à l'Allemagne + Villa, qui s'est déjà engagé avec le FCB), la philosophie de jeu est la même, les automatismes sont les mêmes. Ainsi Carles Puyol a-t-il avoué que son but contre l'Allemagne est le résultat d'une action travaillée à l'entraînement avec... Pep Guardiola. Les cerveaux du Barça aux pieds d'orfèvre sont ceux de la Roja, à savoir Xavi et Iniesta.


Une doublette dépositaire du jeu espagnol, du toque, marque de fabrique aussi bien du club catalan que de la sélection espagnole. Cette équipe balugrana a marqué son époque et, accessoirement, remporté quelques titres depuis la prise de fonction de Guardiola (deux championnats, une Ligue des Champions entre autres). Vincente Del Bosque aurait eu tort de ne pas s'en inspirer. La conclusion est signée Johan Cruyff dans les colonnes du journal catalan El Periodico : "L'Espagne a adopté le style de jeu du Barça. C'est tellement évident que ça tombe sous le sens. Avec sept titulaires du Barça, Del Bosque ne fait que profiter de l'occasion, faisant jouer son équipe comme le club catalan avec quelques légères modifications."


Le débat vous est ouvert dans l'espace "commentaires" ci-dessous...