Décousu de fil blanc

Voir le site Téléfoot

Décousu de fil blanc
Par Philippe DA COSTA|Ecrit pour TF1|2010-05-31T13:44:08.000Z, mis à jour 2010-05-31T13:44:08.000Z

C'était prévisible. Face à la Tunisie (1-1), l'équipe de France s'est heurtée aux limites du 4-3-3, bien trop risqué quand elle n'a pas le ballon. Au rang des satisfactions, une nouvelle fois Franck Ribéry et Yoann Gourcuff. En revanche, Eric Abidal et Nicolas Anelka n'ont pas marqué de points...

ANELKA À RECULONS


Après 45 minutes moyennes face au Costa Rica, Nicolas Anelka, une nouvelle fois préféré à Thierry Henry à la pointe de l'attaque, a joué une heure face à la Tunisie. Une heure et pas un seul tir pour celui qui est sensé concrétiser les multiples possibilités offertes par le 4-3-3. Anelka a joué très bas, sans cesse vers l'arrière. Sa seule action réussie, et ça veut tout dire, a été une ouverture pour Malouda. Ses successeurs n'ont pas été plus en verve. André-Pierre Gignac, Thierry Henry entré à gauche à la place de Franck Ribéry et Djibril Cissé sur le côté droit pour Sidney Govou, n'ont pas plus amené le danger. "Il faut plus concrétiser, nos actions sont avortées trop tôt", a reconnu Raymond Domenech après la rencontre.


ABIDAL DEBOUSSOLÉ


Toutes les inquiétudes qui se concentraient sur Williams Gallas et son mollet vont peut-être se déporter sur son compère de la charnière. Eric Abidal, sorti à la pause et remplacé par Marc Planus, a déçu. Déjà fautif sur le but du Costa Rica mercredi, le joueur d'Arsenal était étrangement absent au second poteau sur le but de Jemaa. Il n'a pas semblé non plus au mieux sur les ballons aériens. Le joueur de Barcelone peine à trouver sa place dans le nouveau système de Domenech. Il a envie de monter, comme le permet sa position de latéral en Catalogne, mais avec plusieurs joueurs à vocation offensive et le seul Toulalan devant lui, il doit se contrôler. D'autant que Sébastien Squillaci a été plutôt bon et qu'il devient une alternative crédible...


RIBÉRY PRIS POUR CIBLE


Le jeu des Bleus penche à gauche et c'est logique quand on voit l'énergie déployée par Franck Ribéry. A croire qu'il en redemande et on ne doit pas être très loin de la vérité. Le Munichois a livré 45 minutes intenses, provoquant la défense adverse à plusieurs reprises et parfois en tentant sa chance. Pourquoi 45 minutes seulement? Parce qu'il avait pris suffisamment de coups au goût de Raymond Domenech, qui n'a pas voulu prendre de risques. Toujours au rayon des satisfactions, la patte de Yoann Gourcuff (passeur décisif sur coup franc) apporte beaucoup, tout comme le sérieux d'Abou Diaby. Le vrai joker des Bleus, c'est peut-être lui et pas forcément Mathieu Valbuena.


LES LIMITES DU 4-3-3


Nul doute que la Tunisie a eu tout le loisir d'étudier le match des Bleus face au Costa Rica, premier du genre en 4-3-3. Un système aussi intéressant dans les phases offensives qu'il est dangereux pour la défense quand le ballon est dans les pieds adverses. D'entrée de jeu, les Aigles de Carthage ont compris qu'ils devaient exploiter en contres les pertes de balles françaises. Avec le seul Toulalan pour couvrir, c'était presque offert sur un plateau. "Il reste des choses à revoir et un équilibre à trouver et plus de communication", a d'ailleurs avoué le Lyonnais après la rencontre. Avec un seul récupérateur, l'équipe de France apparaît coupée en deux. L'entrée de Diaby n'a pas permis de régler une machine perturbée par l'entrée de six autres joueurs...