La dernière danse de Juninho ?

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par Emmanuel GUERIN|Ecrit pour TF1|2013-11-13T16:58:00.000Z, mis à jour 2013-11-13T16:58:00.000Z

Juninho Pernambucano a peut-être disputé son dernier match comme footballeur professionnel. Dimanche, le milieu brésilien affrontait Santos et a dû sortir sur blessure. Une blessure qui pourrait être synonyme de retraite.

Après un passage mitigé aux New York Red Bulls de Thierry Henry en 2013, Juninho est revenu au Vasco de Gama en juillet dernier afin d'y finir la saison et sa carrière. Hélas, il n'imaginait pas qu'elle se terminerait ainsi, sur une blessure. Une blessure qui sonne le glas d'une longue carrière. A 38 ans, Juninho a surement disputé son dernier match comme professionnel.

L'ovation du Maracana
Dimanche, Juninho était titulaire lors de la réception de Santos. Malheureusement, le Brésilien a rapidement dû céder sa place à cause d'une blessure aux adducteurs (10e). L'ancien Gone est sorti sur civière et a reçu l'ovation du public du Maracana. Une pluie d'applaudissements bien méritée. Ses coéquipiers lui ont aussi fait honneur. Menés de deux buts après 27 minutes, ils ont réussi à arracher le match nul.

Retraite forcée
A la question, Juninho pourra-t-il rejouer ? La réponse est : probablement pas. « Les chances pour qu'il rejoue avant 2014 sont proches de zéro », a expliqué le médecin du club. Le principal intéressé n'est guère plus optimiste. « Je ne sais pas si je vais rejouer. Est-ce-que j'aurai la force de revenir, de m'entraîner, et de redevenir performant ? Je n'en sais rien », a-t-il expliqué à SporTV.

Un sacré palmarès
A 38 ans et après près de vingt ans au plus haut niveau, l'heure est donc au bilan. La majeure partie de ses titres a été glanée avec l'OL et l'historique septuplé (2002-2008) mais pas seulement. Le joueur auriverde a également remporté une Copa Libertadores avec Vasco en 1998. Souvent barré par une forte concurrence en sélection, il compte tout de même 44 sélections et une victoire en 2005 lors de la Coupe des Confédérations.

Bravo Juninho et bon vent.