Dans l'actualité récente

Deschamps : "Je ne comprends pas que ça puisse déranger"

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par Francois TOUMINET|Ecrit pour TF1|2013-09-15T10:52:00.000Z, mis à jour 2013-09-16T08:49:59.000Z

Invité de Téléfoot ce dimanche, le sélectionneur a fait le tour des questions au sujet des Bleus victorieux mardi en Biélorussie. Il a notamment soutenu Patrice Evra dont l'attitude "va dans le sens du collectif".

La campagne plus que mitigée de l'équipe de France lors des éliminatoires à la Coupe du monde 2014 en Géorgie (0-0) et en Biélorussie (4-2) cette semaine a laissé de nombreuses questions en suspens. Didier Deschamps, invité ce dimanche de Téléfoot, n'en a éludé aucune.


"Evra a la légitimité"

Le discours de Patrice Evra à la mi-temps du match de l'équipe de France en Biélorussie continue de faire parler. Alors que certains s'inquiètent de l'influence de l'une des figures de Knysna dans le vestiaire de l'équipe de France, Didier Deschamps n'y voit pas un problème. Légèrement bousculé par Bixente Lizarazu sur le plateau, le sélectionneur de l'équipe de France ne s'est pas démonté. « Cela ne va pas en opposition avec le rôle du sélectionneur. Pat' a pris la parole, comme moi, comme d'autres joueurs. Je ne comprends pas que cela puisse déranger, que quelqu'un qui est en plus remplaçant s'implique dans le collectif. (...) Leader en équipe de France, ça ne s'improvise pas du jour au lendemain, on ne peut pas le décréter. Il faut de la légitimité, du vécu, de l'expérience, et forcément c'est ceux qui sont là depuis longtemps qui en ont le plus. Evra est un leader, ça fait six ans qu'il est titulaire à Manchester United et joue 60 matches par saison. Si je le prends, ce n'est pas parce que je l'ai connu à Monaco », s'est justifié l'ancien Marseillai avant de réitérer. "Il a une attitude quiva dans le sens du collectif, pourquoi ce ne serait pas une bonne chose?"


"Lloris n'était pas à 100%"

Didier Deschamps est également revenu sur le match difficile d'Hugo Lloris en Biélorussie (2-4). Le sélectionneur des Bleus confirme que le portier de Tottenham n'était pas au mieux de sa forme. « Je ne sais pas si c'était une gastro car il faut de la fièvre pour avoir une gastro. Hugo a eu une nuit et une journée très compliquées, a confié l'ancien coach de l'OM. Il se sentait apte. Après le match, il a commis ces deux erreurs. Il n'était évidemment pas à 100%. Je ne vais pas changer pour changer. Le match ne lui donne pas raison. Mais ça ne remet pas en cause ce qu'il est capable de faire depuis qu'il est en équipe de France. » Didier Deschamps en a profité pour confirmer Hugo Lloris en tant que capitaine des Bleus. « Lloris est capitaine et il restera capitaine », a-t-il ajouté.


"Je regarde tout le monde"

Didier Deschamps a également donné son avis sur des joueurs dont la situation a fait la une ces dernières semaines. Sur le cas Thauvin : « Si on peut les éviter ce genre de situation c'est mieux. Ce qui me gêne dans cette histoire, c'est le fait qu'on lui ait fait signer son contrat a Lille pour le faire partie quatre mois après. Après, je n'ai rien contre Thauvin. Je l'observe comme plusieurs joueurs de la génération U20 qui pour certains ont déjà franchi le palier. » Sur l'ex-Stéphanois Guilavogui parti du côté de Madrid, à l'Atlético : « Il va dans un club qui va jouer la ligue des champions, c'est quelque chose de bien. Mais d'un côté, il y a plus de concurrence qu'à Saint-Etienne. Je peux être amené à les conseiller. Dans le cas de Guilavogui ? Je ne vais pas vous le dire (rires). » Ou encore sur Ben Arfa, pétillant ces quinze derniers jours à Newcastle : « Je regarde tous les joueurs et il fait partie des préselectionnés. Après j'ai des choix à faire. Il l'a dit lui-même, il faut maintenir ce niveau dans le temps. »
Les prochains rendez-vous de l'équipe de France auront lieu les 11 et 15 octobre prochains face à l'Australie et la Finlande.