Destins croisés

Voir le site Téléfoot

Bordeaux a bien grandi
Par AFP|Ecrit pour TF1|2009-10-01T11:54:04.000Z, mis à jour 2009-10-01T11:54:04.000Z

Alors que Souleymane Diawara plombait l'OM face au Real Madrid (3-0), son remplaçant à Bordeaux, Michael Ciani, offrait la victoire aux Girondins face au Maccabi Haïfa (1-0). Une soirée pour le moins contrastée pour les deux défenseurs centraux.

L'un part, l'autre arrive. Michael Ciani et Souleymane Diawara se sont succédé au poste de défenseur central droit des Girondins de Bordeaux. Ce mercredi, lors de la deuxième journée de la Ligue des Champions, les deux hommes ont connu deux soirées diamétralement opposés comme un curieux clin d'oeil du destin. Coupable d'une erreur de marquage sur l'ouverture du score du Real Madrid, Diawara achevait sa soirée par une expulsion et un tacle beaucoup trop virile sur Cristiano Ronaldo dans la surface de réparation. Il précipitait la chute de l'OM à Bernabeu (3-0). A 700 kilomètres de la capitale espagnole, Michael Ciani signait un match plein. Intransigeant en défense, il inscrivait le seul but de la rencontre face au Maccabi Haïfa vingt minutes après l'expulsion de Diawara. Il précipitait la victoire des Girondins.


Destins croisés

Quand Ciani sort Bordeaux d'un mauvais, Diawara fait trébucher l'OM. Une soirée que les deux hommes n'ont forcément pas vécue de la même façon : "Personnellement, c'est un très grand moment, c'est mon premier but avec Bordeaux, et en plus, il intervient dans un moment important, en Ligue des Champions", s'est réjoui le Bordelais. Le Marseillais a préféré, lui, ne pas commenter sa prestation calamiteuse. Dure semaine pour Souleymane Diawara. Lundi, il s'était déjà fait remarquer dans la rubrique des faits divers.


Ciani n'a peur de rien


Le défenseur central de l'OM a passé une partie de la nuit de lundi à mardi dans un commissariat de Marseille après avoir été arrêté alors qu'il conduisait sans permis. Peut-on voir un lien de cause à effet entre sa terne prestation et ses déboires du début de semaine ? "Pendant six heures, le garçon, de sa faute bien sûr, sait qu'il est en train de foutre en l'air une semaine de préparation. Il arrive à Madrid, il sait qu'il est sur les nerfs, il sait qu'il est vu différemment par ses partenaires et les journalistes. (...) Je n'ai jamais vu Souleymane aussi déstabilisé", a noté Jean-Michel Larqué sur les ondes de RMC.


Bordeaux a bien grandi

Ciani, quant à lui, continue de confirmer son énorme potentiel. Débarqué de Lorient, il s'est parfaitement adapté à son nouveau statut de patron de l'arrière-garde des champions de france. Du Moustoir à la Ligue des Champions, il y a un fossé qu'il a enjambé avec une facilité déconcertante. Déjà très bon à Turin pour son baptême du feu sur la scène européenne, toujours très à l'aise en Ligue 1, il a ouvert son compteur au meilleur moment sous ses nouvelles couleurs. La relève est définitivement assurée