Dans l'actualité récente

Dhorasoo et sa finale

Voir le site Téléfoot

'Substitute', le texte
Par Eurosport|Ecrit pour TF1|2010-05-07T11:19:05.000Z, mis à jour 2010-05-07T11:19:05.000Z

Vikash Dhorasoo, dans la préface de L’Etonnante Saga du Mondial, signe un texte regorgeant de scènes croustillantes et de phrases fortes sur la finale de Berlin en 2006. Extraits, en exclusivité.

"Le match approche et c’est en costume que je me rends à la dernière causerie de la Copa del mundo. Domenech est bon, même très bon, et c’est ultra motivé mais quand même sur le banc que je remonte dans ma chambre préparer mon sac de « substitute ».


(…) Aucune bonne surprise, aucun blessé pendant l’échauffement. J’ai pensé mettre un tacle par-derrière à Vieira dans le couloir, mais je me suis retenu (« la trouille, peut-être… oui, ça doit être ça ») et j’ai donc pris place sur le banc à côté de mes copains remplaçants. Enfin le coup d’envoi ! Moi, le petit Indien de Caucriauville, je viens de faire le Mondial, et je suis là, en finale. Je vais jouer, j’en suis sûr !!! Comme d’habitude, il va se passer quelque chose.


(…) Nous sommes tous là derrière à courir, à faire des pas chassés et des mouvements de bras avec le secret espoir que Pierre Mankowski vienne nous faire signe de rentrer en jeu. L’espoir devient presque réalité lorsque, à la 56e minute, Vieira s’écroule. Déchirure, élongation, je m’en fous, je vais rentrer, c’est sûr, c’est mon poste, là où je suis le meilleur. Je vais prendre le ballon, dribbler deux joueurs et envoyer Henry fusiller Buffon… Manko se lève, s’approche, fait signe. C’est moi, c’est pas moi, c’est moi, et finalement ce n’est pas moi, mais Alou Diarra qui est choisi.


(…) Zidane se blesse. Ça semble grave. Il reste au sol et le docteur rentre sur le terrain. Super ! Il va sortir, clavicule délogée, le truc qui vous envoie à l’hôpital. Allez, fais un effort, Zizou, pense aux autres ! Demande le changement, que je puisse m’amuser un peu, moi aussi. Allez, gars, c’est ma dernière chance, tu m’as déjà niqué ma Coupe du monde, si tu fais ça, je te pardonne tout… 107e minute du match. Ma Coupe du monde est terminée. Zidane s’est relevé (il est vraiment relou, le Zizou), et c’est Wiltord, le dernier d’entre nous, qui remplace Henry.


(…) Nous allons chercher notre médaille, sans notre capitaine. (…) Je reste, j’observe, j’enregistre, je termine. Oui, c’est la fin, la fin de mon « aventure » en bleu, comme ils disent dans les émissions de télé-réalité. Les Italiens font leur tour d’honneur et je rentre au vestiaire. Zidane est habillé, il bafouille quelques excuses ; Domenech l’applaudit, accompagné de quelques joueurs, puis il part. Je branche la caméra et, dans le même plan, je cadre sur Trezeguet, Chirac et Domenech. Que des winners. Je m’embrouille avec Vieira, mon « copain ». Normal, je suis allé trop loin. (…) "


L’Etonnante Saga du Mondial paraît ce vendredi aux Editions Alphée sous la signature du journaliste anglais Peter Seddon, traduit par Thierry Beauchamp et Frédéric Brument (21 euros). Il rassemble 144 anecdotes, légères ou historiques, piochées dans l’histoire de la Coupe du monde. Le texte de Vikash Dhorasoo est un clash qui résume les contradictions entre l’égoïsme profond des acteurs et la dimension collective voire universelle de la Coupe du monde. Des contradictions qui font le sel des histoires racontées dans les 350 pages du livre. Notre site vous en fera gagner plusieurs exemplaires dès lundi dans des quizz quotidiens spécial Coupe du monde.