Diarra a bien changé

Voir le site Téléfoot

Diarra a bien changé
Par DPPI|Ecrit pour TF1|2009-10-20T16:04:00.000Z, mis à jour 2009-10-20T16:04:00.000Z

En début de carrière, Alou Diarra a beaucoup bourlingué et notamment passé deux ans au Bayern Munich. Recruté en 2000, le futur capitaine de Bordeaux n'avait pas vraiment convaincu le club bavarois, qui ne l'avait jamais utilisé en équipe première.

Avant de devenir la tour de contrôle du milieu de terrain bordelais, Alou Diarra a eu plusieurs vies de footballeur. Dont une du côté de Munich. Peu s'en souviennent mais le milieu international a joué au Bayern. C'était au début de la décennie et Diarra n'était encore qu'un grand échalas, recruté du côté de Louhans-Cuiseaux alors qu'il n'avait pas encore 20 ans et comptait seulement quelques matches au compteur. Intégré au prestigieux club allemand, Alou Diarra a passé deux ans difficiles entre blessures et matches avec la réserve. Au bout de son bail, c'est un autre club historique qui l'a récupéré, le FC Liverpool. Mais en Angleterre, comme en Allemagne, le futur capitaine des Girondins n'a pas percé. Et il lui a fallu revenir en France, au Havre puis à Bastia, pour commencer son ascension vers les sommets.


Près de dix ans ont passé depuis le passage de Diarra au Bayern. Pour l'intéressé, le Bayern Munich reste globalement un bon souvenir. Un de ceux qui vous font grandir. Surtout, le Français a été impressionné par le Bayern : "Il y avait une grande équipe à l'époque, comme aujourd'hui. C'est un très grand club, bien organisé et qui joue sur tous les tableaux. Et qui a toujours envie de remporter la Ligue des Champions. On sait que cela ne sera pas évident." S'il a globalement aimé sa vie bavaroise, il n'a pas gardé de liens avec le mastodonte du football allemand : "J'ai tout de même gardé contact avec des anciens joueurs qui ne jouent plus au Bayern actuellement."


"La septième merveille du monde"


S'il n'a plus de relations avec lui, Philip Lahm se souvient de Diarra. Le latéral avait senti que le Français avait un certain potentiel : "Je l'ai connu à la période où je jouais avec la réserve du Bayern. Je n'ai pas vu beaucoup de joueurs aussi bons de la tête que lui. Il a toujours été bon." Ça, ils n'étaient pas beaucoup à le penser quand le jeune Alou portait la tunique rouge et blanche. Hermann Gerland, patron des amateurs à cette époque, se souvient d'un joueur "souvent indisponible et fragile. Il a été blessé dix mois." Quant à Uli Hoeness, manager du club, il n'aurait pas parié un kopek sur le milieu de terrain. "C'est un peu la septième merveille du monde. Il est capitaine de Bordeaux et joue en équipe nationale. (...) On ne pouvait pas imaginer qu'il irait aussi loin."


Et pourtant, Alou Diarra en a parcouru du chemin. Mercredi face au Bayern, le capitaine des champions de France n'aura qu'une envie : montrer au géant bavarois qu'il a vraiment fait une erreur. Mais sans aucun esprit de revanche. S'il était resté à Munich, Alou Diarra n'aurait peut-être accompli la moitié de ce qu'il a réussi depuis son départ de Bavière. Le destin est parfois étrange.