"Difficile à négocier"

Voir le site Téléfoot

'Difficile à négocier'
Par DPPI|Ecrit pour TF1|2009-10-09T16:12:09.000Z, mis à jour 2009-10-09T16:12:09.000Z

De retour comme titulaire dans le but de l'équipe de France avec la suspension d'Hugo Lloris, Steve Mandanda s'attend à un match compliqué face aux Iles Féroé, samedi lors des qualifications pour le Mondial 2010. Le portier de l'OM fait le point sur sa situation et garde les pieds sur terre.

STEVE MANDANDA, jouer les Iles Féroe pour un gardien n'est-il pas plus dur à gérer nerveusement ?


S.M. : C'est sûr. Pour nous, ce genre de match où on est peu sollicité est le plus difficile à négocier. Maintenant, il faut être concentré. A l'aller, nous avions eu la possession de balle. Mais ils jouent le coup à fond sur des coups de pied arrêtés. A nous d'être concentrés pour réussir à gagner ce match avec un score le plus large possible.


Comment avez-vous vécu le carton rouge d'Hugo Lloris et votre entrée en jeu à Belgrade contre la Serbie (1-1) ?


S.M. : Tout s'est passé très vite. De ma place, je ne vois pas s'il y a faute ou pas. Je ne m'attends pas du tout à voir l'arbitre sortir le carton rouge. Je ne m'étais pas échauffé mais tout se joue à ce moment sur le plan psychologique. Je ne sais pas pourquoi mais je n'étais pas particulièrement sous pression au moment d'entrer sur la pelouse. Il y a des jours comme ça...


Au final, vous avez réalisé une belle prestation ?


S.M. : C'est sûr. C'était peut-être ma meilleure en Bleu. Le fait d'être moins sous pression a peut-être joué un peu. Je n'ai pas l'explication à cette performance. Mais attention, ce n'est qu'un match, il faut maintenant enchaîner.


Ne plus être le numéro 1 attitré et partager désormais la place avec Hugo Lloris en fonction de votre état de forme vous enlève-t-il de la pression ?


S.M. : Peut-être. Mais surtout, j'ai maintenant un an d'expérience derrière moi. On apprend tous les jours et on gère les choses différemment. L'équipe de France, ce n'est pas évident à assumer. L'expérience et le vécu avec le groupe m'aident à y arriver. Plus ça va et mieux je me sens.


Raymond Domenech a appelé quatre gardiens pour cette semaine internationale, imaginez-vous ne pas être dans la liste finale en cas de qualification pour le Mondial 2010 alors que l'on ne parle que du duel Lloris-Mandanda depuis des mois?


S.M. : Tout est possible. Dans le football, ça va très vite dans un sens comme dans un autre. Il faut s'attendre à tout. Mais, je dois l'avouer : je n'avais pas pensé à cette éventualité.


Quatre jours après les Féroé, il y aura le match face à l'Autriche avec le retour de suspension de Lloris. La question va encore se poser sur le gardien titulaire. Est ce que cela vous énerve ?


S.M. : Ça ne m'agace pas. Je m'y attends. Mais il faut rester focaliser sur cette rencontre face aux Iles Féroé et après on verra bien. La situation est comme ça. Et c'est au sélectionneur de faire son choix. Nous, nous devons juste nous concentrer sur nos performances en clubs et en sélection.