Comment dit-on pression en anglais ?

Voir le site Téléfoot

Comment dit-on pression en anglais ?
Par Maxime Dupuis (à Johannesbourg)|Ecrit pour TF1|2010-06-27T21:30:03.000Z, mis à jour 2010-06-27T21:30:03.000Z

Les Anglais s'attendent à vivre un dimanche de tous les records, contre l'Allemagne. Audience autour des 30 millions de téléspectateurs, relance de l'économie en cas de victoire, tout est prévu. Peut-être même une victoire.

Frustrée par 44 ans de disette, l'Angleterre s'apprête à vivre un moment d'histoire dimanche face à l'Allemagne, l'ennemi de toujours. Avant même le coup d'envoi, la première frappe de Wayne Rooney, la folie s'est emparée du pays. Vendredi matin, le Daily Express a dévoilé quelques chiffres qui montrent l'ampleur de l'attente. On attend au moins 30 millions de téléspectateurs (ils étaient déjà 21 millions pour Angleterre-Slovénie, mercredi) et peut-être même un peu plus. Dimanche après-midi oblige, l'essentiel de la population sera sur le coup.


Les plus optimistes annoncent que ce dimanche de football pourrait entrer dans l'histoire avant même son dénouement. La plus grosse audience de l'histoire du Royaume, 31,5 millions de téléspectateurs lors des obsèques de la princesse Diana en 1997, est en péril. Si ce n'est pas Diana, c'est un épisode spécial de la série EastEnders, suivi par 30,15 millions d'Anglais, qui pourrait mordre la poussière.


Et après, l'Argentine ?


Comme si les joueurs anglais - qui joueront en rouge, comme en 1966 - n'avaient pas suffisamment la pression, une étude révélée par le même Daily Express annonce qu'un succès dimanche, en plus d'effacer la frustration des deux demi-finales perdues face à la Nationalmannschaft en 1990 (Coupe du monde) et 1996 (Euro), permettrait à l'économie domestique une sacrée relance de la consommation : 259 millions de livres supplémentaires (314 millions d'euros) seraient dépensés par les Anglais, trop heureux d'avoir sorti l'ennemi de toujours et d'atteindre les quarts de finale pour y affronter peut-être... l'Argentine de Diego Maradona. Steven Gerrard et ses petits copains n'ont fini d'être sous pression.