Domenech durcit le ton

Voir le site Téléfoot

'On a fait le tour'
Par Eurosport|Ecrit pour TF1|2010-04-19T09:01:00.000Z, mis à jour 2010-04-19T09:01:00.000Z

Dans un entretien accordé à L'Equipe, Raymond Domenech a demandé à ses joueurs de "dépasser leur ego" pour penser d'abord à l'équipe de France. Faute de quoi ils ne seraient pas sélectionnés. Alors qu'il reconnaît que la "situation n'est pas rassurante", il évoque aussi sa liste, Henry et Vieira.

Raymond Domenech a envie de parler. Après ses réponses aux Français à la télévision, il s'est longuement exprimé mardi dans les colonnes de L'Equipe. Sous le feu des critiques, sans doute a-t-il envie de s'expliquer. Car, comme il le reconnaît lui-même, "la situation n'est pas rassurante". "Les accouchements difficiles font parfois de beaux bébés. Mais je suis réaliste et, oui, c'est compliqué. La qualification n'a pas été facile et la liste va également être compliquée. Quand on a autant de blessés et de joueurs qui ne jouent pas à cette période, ce n'est pas rassurant", confesse le sélectionneur. Mais ce dernier ne cherche pas à rassurer. "Cela ne sert à rien", estime-t-il. Domenech veut jouer cartes sur tables : "Si la compétition devait commencer aujourd'hui, on ne serait pas au mieux".


La nouveauté, c'est qu'il hausse le ton et adresse un message aux futurs sélectionnés. "La leçon, c'est qu'ils doivent être intelligents et dépasser leur ego pour penser que c'est l'équipe qui compte, pas eux. S'ils n'ont pas compris ça, je mettrai des coups de fusil !", prévient le patron des Bleus en référence au conflit des générations au sein du groupe en 2008. Si un joueur ne respecte pas cette consigne, Domenech serait-il prêt à le laisser à quai au moment de s'envoler pour l'Afrique du Sud ? "C'est possible", affirme-t-il. Pour lui, la clef du succès réside donc dans les joueurs : "On va tout faire pour (gagner la Coupe du monde). Mais cela viendra de l'intérieur, il faut donc que les joueurs en soient persuadés. Le moteur, c'est les joueurs. Ce sont eux qui font avancer la machine".


"Ce n'est pas rassurant"


Les critiques de Nicolas Anelka au sujet de la tactique des Bleus entrent-elles dans ce champ ? "C'est bien que les joueurs se posent les questions", répète Domenech qui avait déjà lancé un "bravo" à l'attention de l'attaquant de Chelsea, dimanche. Mais, à lire entre les lignes, la forme ne lui a peut-être pas plu tant que ça. "Les réponses, je les ai déjà données mais il faut peut-être que je trouve un moyen pour qu'ils les entendent mieux", glisse Domenech qui semble regretter que le joueur n'ait pas réalisé également son autocritique : "C'est peut-être mon mauvais côté. Je me souviens toujours des bons moments (...) Après, il s'est peut-être oublié dans l'analyse mais ce n'est pas grave. Qui se fait hara-kiri en public ? La critique, on la fait en interne". "Après, mon égo, je m'en fiche. Flo (Malouda) a dit bien pire et il est là", conclut-t-il.


Raymond Domenech a d'autres dossiers épineux à gérer. D'abord, celui de Thierry Henry sur lequel Guardiola ne compte plus à Barcelone. Comme il l'avait fait dimanche soir, le sélectionneur préfère ne pas s'avancer, estimant que le temps joue pour l'attaquant. "Je dis simplement qu'on pèsera tout ça au moment voulu. On mettra tout dans la balance et on prendra une décision. On a un mois ! J'ai toujours confiance dans les grands joueurs, et Titi est un grand joueur", insiste-t-il. Même dilemme pour Patrick Vieira, qui s'est encore blessé légèrement le week-end dernier. "Il évolue, il progresse. Je l'ai vu bon, récemment, dans la gestion du ballon", constate-t-il. Toutefois, Domenech fait une confidence, à l'heure actuelle, le joueur de Manchester City serait sélectionné malgré le précédent raté de 2008. "En sachant qu'il aurait un mois de préparation, oui, dévoile-t-il. Mais la liste est le 11 mai. Et on n'est pas le 11 mai".


Aujourd'hui, Vieira serait sélectionné


Cette liste, c'est visiblement un casse-tête pour l'ancien patron des Espoirs. "Aujourd'hui, si je dois faire la liste, je fais comment ? Mais, dans un mois, ça ne sera pas la même chose... Ça peut... être pire !", plaisante-t-il. Mais les interrogations sont nombreuses. Florent Malouda, en "pleine forme", peut-il être titulaire à gauche ? Julien Escudé, un "très, très bon joueur", sera-t-il là ? A cela, il faut ajouter les nombreuses blessures, comme celles de Gallas ou Abidal. Pourtant, Raymond Domenech veut dévoiler sa liste des 23 le 11 mai alors que la FIFA ne lui demande qu'une liste de 30 joueurs et lui laisse jusqu'au 1er juin pour se décider. Pourquoi ? "Ecarter des joueurs ensuite, comme en 2008, n'est pas souhaitable", explique-t-il. Mais quelques joueurs, "sur lesquels on comptera en cas de coup dur", seront priés de rester à disposition de l'équipe de France.