Domenech: "Tous frustrés"

Voir le site Téléfoot

Domenech: 'Tous frustrés'
Par DPPI|Ecrit pour TF1|2009-08-13T07:04:00.000Z, mis à jour 2009-08-13T07:04:00.000Z

Raymond Domenech est revenu sur la victoire étriquée de l'équipe de France face aux Féroé (1-0) mercredi en qualifications du Mondial 2010. Le sélectionneur de l'équipe de France regrette notamment le manque de "concrétisation des occasions."

RAYMOND DOMENECH, le contrat est-il rempli ?


R.D.: La priorité c'est les trois points, le reste c'est le bonus.


Et quant à la manière, êtes-vous satisfait ?


R.D.: Pour la manière, disons pour la concrétisation des occasions, non. Mais dans l'idée, dans l'évolution du jeu, dans l'animation, il y a eu des choses intéressantes. Il nous a manqué la vitesse, avec cette pelouse (haute et bosselée, ndlr), mais on a réussi à varier le jeu court, le jeu long. Après on est tous frustrés, il fallait marquer plus.


Pour la différence de buts, ce n'est pas une bonne opération...


R.D.: On a fait ce qu'on a pu, les joueurs ont tout tenté, c'est déjà ça, dans ce genre de match, c'est une bonne chose.


Ca aurait pu mal se passer ?


R.D.: Sur la première mi-temps, c'était attaque-défense, et là on se dit qu'on n'est pas inquiet, qu'on ne peut pas perdre. Mais plus le match avance... Un joueur peut glisser... On ne sait jamais, tant que la différence n'est pas faite.


Gignac marque son premier but en équipe de France...


R.D.: Gignac est en forme, ça fait une concurrence de plus en attaque.


Pourquoi Benzema est resté sur le banc ?


R.D.: Je ne fais pas de changements pour faire des changements. Je ne veux pas déstabiliser l'équipe. Dans le secteur offensif, il n'y pas de problème, alors ramener quelqu'un en plus, je ne vois pas ce que ça veut dire.


Maintenant, il faut penser à la Roumanie le 5 septembre...


R.D.: Oui, on pense à septembre, à la Roumanie, tout est consacré à la Roumanie, il nous reste quatre matches dans ces qualifications.


Est-ce le début d'un cycle avec Lloris ou ce choix était-il ponctuel ?


R.D.: C'était sur ce match là, je voulais le mettre dans la situation d'un match à pression, qu'il sente ce que c'est qu'un match avec pression.


Alors, avec Mandanda, ils sont à égalité ?


R.D.: Lloris et Mandanda ont toujours été à égalité. J'ai quinze jours, trois semaines pour faire un bilan, voir comment ils réagissent en club. Ils sont à égalité, c'est pour ça que c'est délicat de choisir.


Lloris n'a pas eu grand chose à faire mais ça ne s'est pas toujours bien passé...


R.D.: Dans ce match là, Lloris n'a pas eu grand chose à faire, mais ce sont les matches les plus compliqués à faire pour les gardiens car il y a toujours un petit quelque chose à faire finalement.