Domenech : "Plus détendu"

Voir le site Téléfoot

Domenech : 'Plus détendu'
Par DPPI|Ecrit pour TF1|2009-10-11T16:52:00.000Z, mis à jour 2009-10-11T16:52:00.000Z

Raymond Domenech revient sur la victoire contre les Iles Féroé (5-0), lors des qualifications du Mondial 2010. Si la France est condamnée aux barrages (14 et 18 novembre) pour tenter de se qualifier pour l'Afrique du Sud, le sélectionneur des Bleus avoue être rassuré par le jeu de son équipe.

RAYMOND DOMENECH, êtes-vous satisfait du déroulement de la soirée ?


R.D. : Dans l'ensemble oui. Ça a commencé par une minute de silence respectée pour Brice Taton, le supporter toulousain. C'est bien de voir cette marque de respect. Après, le comportement de mon équipe m'a plu. Avoir autant d'occasions de buts, c'est positif. C'est la première fois que les Iles Féroé perdent par plus de deux buts d'écart dans ces qualifications. Nous avons réussi à avoir des occasions et un volume de jeu intéressant. On ne peut pas demander beaucoup plus dans ce genre de match. Nous avons fait ce qu'il fallait à ce niveau. Je suis aussi content de l'échange avec le public. Les joueurs avaient envie de montrer leur vrai visage. Et le public avait envie de nous soutenir. Alors oui, je suis satisfait de cette soirée.


Ça fait du bien de se sentir soutenu ?


R.D.: C'est lié à ce que fait l'équipe de France depuis pas mal de temps maintenant. L'équipe montre match après match qu'elle mérite d'être soutenue. La rencontre de la Roumanie était un bon match celui de la Serbie aussi. Tout le monde peut y croire à nouveau. Le public sent que quelque chose est en train de se passer. J'avais senti des frémissements. Aujourd'hui, c'est plus que ça. L'équipe démontre de la qualité qu'il faudra confirmer dans un mois.


Justement, êtes-vous déçu d'être en barrages ?


R.D. : La seule déception serait de ne pas se qualifier, s'il faut passer par là, on passera par là.


De la frustration alors ?
R.D.: Non plus. J'ai l'habitude d'effacer, de ne pas m'appesantir sur le passé. Les points perdus contre l'Autriche, la Serbie ou la Roumaine, sont perdus. Maintenant, il faut se concentrer sur les barrages.


Avez-vous une préférence pour un adversaire en barrage ?
R.D.: Quel qu'il soit, ce sera difficile, il jouera lui aussi sa qualification à la Coupe du monde comme nous.


Cinq joueurs (ndlr : Abidal, Gallas, Evra, Sagna, L. Diarra) étaient sous la menace d'une suspension en cas d'avertissement avant cette rencontre. Seul Lassana Diarra a reçu un carton jaune. Certains pourraient manquer un match lors des barrages. Est-ce un regret ?


R.D. : C'est toujours compliqué de recevoir des cartons dans des matches comme celui-là. On est là pour jouer, attaquer et marquer des buts. Ce n'était pas un combat défensif. Toutefois, le règlement est un peu bizarre. On ne rencontre pas les mêmes équipes et on peut être pénalisé. Selon moi, tout devrait être remis à zéro.


Comment comptez-vous aborder le match contre l'Autriche, qui devient presque amical ?
R.D.: Je suis en phase de réflexion. Ça ne sert pas au niveau des points mais ça sert au niveau de l'état d'esprit, de la manière de jouer. Toutefois, dans les prochains jours, il y a le championnat, la Ligue des Champions pour certains joueurs. Est-ce qu'on va faire souffler ? Je vais faire le bilan.


Vous êtes en barrages et pourtant vous avez l'air décontracté ?
R.D. : L'objectif reste le même, c'est la qualification pour le Mondial. Ça ne sert à rien de s'angoisser avant que ça arrive. Ce que prouve et montre l'équipe depuis quatre ou cinq matches est aussi rassurant. Je parais plus détendu, mais je bouillonne aussi à l'intérieur.