Domenech satisfait de la prestation des Bleus

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par Laurent TITY|Ecrit pour TF1|2010-05-27T09:06:00.000Z, mis à jour 2010-05-27T09:06:00.000Z

Au coup de sifflet final de la rencontre opposant l'équipe de France au Costa-Rica, Raymond Domenech affichait un visage décontracté et satisfait. Le sélectionneur a particulièrement insisté sur l'envie retrouvée de ses joueurs.

Au coup de sifflet final de la rencontre opposant l'équipe de France au Costa-Rica, Raymond Domenech affichait un visage décontracté et satisfait. Le sélectionneur a particulièrement insisté sur l'envie retrouvée de ses joueurs.

L'envie d'avoir envie
Il y a bien longtemps que la sélection tricolore n'avait pas montré autant d'envie et d'allant offensif. Le public français conservait l'image d'une équipe crispée et manquant terriblement d'imagination durant les matches de qualification et les barrages, ce sont des Bleus enthousiastes et presque créatifs que les spectateurs lensois ont découvert mercredi soir. Raymond Domenech pouvait donc enfin s'exprimer face caméra sans être sur la défensive, simplement satisfait du travail accompli et de la prestation de ses joueurs : « C'est la conclusion du travail d'une semaine, de ce qu'on avait senti dans cette envie, cette volonté de bien faire ». L'envie, c'est effectivement le maître-mot qui ressort du match contre le Costa-Rica. Domenech ne s'y trompe pas. Lors de ce premier match de préparation à Lens, c'est comme si l'équipe de France avait enfin entendu ce que réclamaient ses supporters depuis deux ans.

L'espoir renaît
Bien sûr, tout n'est pas encore parfait. Gallas doit retrouver son meilleur niveau, Henry ses repères d'avant-centre, Gourcuff prendre le jeu à son compte... Mais ce match de Lens semble avoir planté les graines porteuses d'un nouvel espoir. « Ils ont confirmé cette envie de faire quelque chose ensemble. Ca me le confirme par rapport aux qualités des joueurs : j'ai envie de dire lâchez-vous, tentez, créez. (...) Il faut garder cette envie et cette forme d'insouciance et oui, de panache ». Raymond Domenech croit en ce groupe, et désormais nous aussi.