Domenech : "Je suis cohérent"

Voir le site Téléfoot

raymond domenech football bleus
Par Olivier D'ARIES|Ecrit pour TF1|2009-05-26T11:04:00.000Z, mis à jour 2009-05-26T11:04:00.000Z

Raymond Domenech explique avoir rappelé par "cohérence" Patrick Vieira et Florent Malouda

raymond domenech football bleus

Raymond Domenech explique avoir rappelé par "cohérence" Patrick Vieira et Florent Malouda, absents depuis plusieurs mois chez les Bleus. Le sélectionneur n'a pas voulu réserver d'autres surprises car, pour lui, l'heure n'est pas aux essais mais à la préparation du déplacement aux Féroé, en août.


RAYMOND DOMENECH, pourquoi avoir rappelé Florent Malouda et Patrick Vieira face au Nigeria (2 juin) et la Turquie (5 juin) ?

R.D. : Je les ai rappelés parce qu'il faut être cohérent. Moi, je le suis. Je dis toujours que, si les gens ne sont pas là, c'est parce que leurs performances sont insuffisantes ou parce que la concurrence fait qu'il y a meilleur qu'eux. C'est le problème de Flo (Malouda). Et Patrick (Vieira), il a eu une saison difficile mais il rejoue. Quand je dis que c'est le capitaine de l'équipe de France et qu'il va revenir, s'il y a deux matches amicaux et que je ne le prends pas, c'est de l'incohérence. Mais je ne suis pas incohérent. Il faut garder la même ligne de conduite sans se contredire. A l'heure actuelle, ça me semble tout à fait justifié.


Ses dernières prestations avec Chelsea vous ont-elles impressionné ?
R.D. : Il ne m'a pas plus impressionné qu'à une époque où il m'impressionnait déjà mais que tout le monde me disait qu'il ne fallait pas le prendre... Tout simplement, je suis son parcours. Avec le staff, on regarde ses matches. Quand les joueurs sont performants, ils sont là. Quand ils ne sont pas performants et qu'il y a de la concurrence, surtout à gauche où il y a du monde, c'est leur problème, pas le nôtre. Ca me paraît logique.


Après ses déclarations où il vous critiquait, ressentez-vous le besoin d'en discuter avec lui ?

R.D. : Je pense qu'il faut toujours être clair avec les gens. J'ai cru être clair. Je le serai un peu plus sur ce que j'attends d'un joueur de haut niveau, d'un joueur de sélection qui ne joue pas seul mais doit jouer avec les autres. Mais ça reste entre nous, c'est de la cuisine interne. C'est important de se dire les choses en face. Ça ne vaut pas que pour lui mais aussi pour tous les autres. Je ne vais pas vous donner tous les noms mais, à chaque rendez-vous, j'ai des discussions avec les uns et les autres pour leur dire ce qui m'a plu et ce qui m'a moins plu. C'est la vie d'une sélection.


Vous aviez déclaré qu'il s'était "auto-exclu" du groupe France et qu'il devait faire un geste pour revenir. L'a-t-il fait ?

R.D. : Le seul geste qu'il ait à faire, c'est d'être bon, être concurrentiel. Après, c'est au sélectionneur de choisir. Ça, c'est le premier geste et il l'a fait.


Au sujet de Patrick Vieira, allez-vous le ménager pour son retour ?

R.D. : Je pense qu'il a suffisamment été ménagé cette saison et qu'il n'a pas envie d'être ménagé. Avec lui, je suis tranquille. Ce sera peut-être le seul à m'en demander encore et encore. Il a suffisamment regardé les matches de l'extérieur (en raison des blessures ou des choix de l'entraîneur à l'Inter Milan Jose Mourinho).



Raymond Domenech

Au mot au sujet du retour de blessure de Sidney Govou...

R.D. : C'est un miracle de la nature. Récupérer comme il l'a fait, ça prouve que c'est un vrai pro. Il sait être présent quand il faut l'être. Je le connais depuis très longtemps et je connais ses capacités. Ce n'est pas la première fois que je le rappelle alors qu'il joue peu. Je me rappelle d'un France-Italie où il entré alors qu'il n'avait pas joué un match en club depuis trois mois (3-1 en septembre 2006 en qualification pour l'Euro n2008) et il avait marqué deux buts ce jour-là. Je suis heureux pour ce type de joueurs qui ont eu des blessures graves et qui font des efforts. Je pense à Jimmy Briand (gravement blessé lors d'un entraînement avec l'équipe de France fin mars) et je lui souhaite le même parcours et de revenir le plus vite possible, Sidney prouve que c'est possible.


Quel est le but de ces deux matches amicaux en juin ?

R.D. : Il y a un intérêt sportif, c'est de voir les joueurs dans une période difficile (en fin de saison), de voir comment ils vont réagir. Les matches des grandes épreuves, comme la Coupe du monde, se jouent souvent en juin.


Votre liste réserve peu de surprises. Ce n'était pas l'heure des essais ?
R.D. : Non, ce match doit nous mettre en place pour un autre match qui m'inquiète. Je sais que je vais vous faire rire mais le seul match qui m'inquiète, c'est celui des Iles Féroé au mois d'août(en éliminatoires du Mondial 2010). On aura des joueurs avec des préparations complètement tronquées. Certains auront fait des matches, d'autres qui n'auront fait que la préparation athlétique sans savoir où ils en sauront. Ces deux matches amicaux ont ce but : commencer à leur dire qu'il y a un match qui vaut trois points au mois d'août. C'est aux Féroé mais il vaut trois points, autant que la Roumanie ou la Serbie ensuite. C'est une période qui n'est pas facile.


Allez-vous essayer de donner du temps de jeu à tout le monde?
R.D. : Ca va être vraiment difficile, il y a une journée de championnat en Italie et Espagne ce dimanche, puis le match le mardi contre le Nigeria. Ce sera difficile de faire jouer tout le monde le mardi. Il y aura forcement un peu plus de roulement lors de ces deux matches mais c'est surtout la journée du dimanche qui pose problème (la dernière journée de L1 se joue samedi, ndlr).


Logo eurosport

Lien vers l'article d'Eurosport Domenech : " Je suis cohérent"