Dans l'actualité récente

Dopage - Les Fancy Bears révèlent l'utilisation abondante d'AUT lors de la Coupe du monde 2010

Voir le site Téléfoot

RTR2G254
Par Alexandre COIQUIL|Ecrit pour TF1|2017-08-22T17:06:18.802Z, mis à jour 2017-08-23T09:18:48.684Z

Un an après avoir révélé les dossiers médicaux de plusieurs grands sportifs, les Fancy Bears, un groupe de pirates informatiques, ont révélé les noms de plusieurs joueurs ayant reçu une autorisation à usage thérapeutique (AUT) lors de la Coupe du monde 2010.

Coupe du monde 2010 : le Mondial des AUT

Les Fancy Bears s'attaquent au football. Presque un an après avoir dévoilé les dossiers médicaux de plusieurs grands sportifs ayant participé aux Jeux Olympiques de Rio 2016 - les noms de Serena Williams, Rafael Nadal, Mo Farah et Christopher Froome étaient notamment sortis - après avoir piraté la base de données de l'Agence Mondiale antidopage (AMA), le groupe de hackers informatiques (leur nom est traduit comme "les ours fringants"), soupçonné d'appartenir au renseignement militaire russe, ont fait des révélations concernant la Coupe du monde 2010. 

En découvrant les documents mis à disposition par le groupe de hackers, on s'aperçoit que le Mondial 2010 a été marqué par une utilisation abondante d'autorisation à usage thérapeutique (AUT). Douze sélections sur les 32 ayant participé au mondial ont aligné des joueurs bénéficiant de ces AUT.  Sur les 736 joueurs inscrits à la compétition, 25  sont concernés.

L'Espagne pas concernée

Les deux sélections les plus "touchées" sont l'Argentine (5 joueurs dont Carlos Tevez, Walter Samuel, Juan Sebastian Veron, Gabriel Heinze et Diego Milito), quart de finaliste et l'Allemagne, 3e de la compétition (4 joueurs dont Mario Gomez, Hans-Jorg Butt, Denis Aogo et Christian Träsch). Les deux produits les plus utilisés sont la Betamethasone (un anti-inflammatoire de la famille des corticoïdes) et le Salbutamol, utilisé pour traiter l'asthme et les pneumonies.

Ni l'équipe de France, ni celle d'Espagne, sacrée championne du monde, n'ont eu recours à des AUT pendant la compétition. Les équipe d'Italie (Vincenzo Iaquinta, Mauro Camoranesi), de Grèce, de Côte d'Ivoire, du Chili et de Nouvelle-Zélande font également partie des équipes citées.

350 contrôles positifs dans le football depuis deux ans

Proposant de télécharger des documents à nouveau tiré du système de données de l'AMA sur son site internet, le groupe d'activistes révèle par ailleurs que 150 joueurs ont fait l'objet d'un contrôle positif en 2015 et 200 en 2016. Aucun nom n'est cependant cité. 


C'est quoi une AUT ? 

Les fameuses "Autorisation à usage thérapeutique" (abrégées en AUT en France et TUE en anglais) font l'objet d'un combat de tous les instants des autorités antidopage. Prescrites par les médecins, elles permettent aux sportifs d'utiliser sous certaines conditions des produits ou substances interdits par le code mondial antidopage, avec un but évidemment thérapeutique. 

Crées en 2007, elles font l'objet de polémiques depuis une décennie. Certains sportifs contestent d'ailleurs leur utilisation qui est considéré comme du dopage volontairement masqué. Pour se faire prescrire une AUT en France, il faut passer par l'Agence Française Antidopage (AFLD) qui missionne trois experts chargés de valider ou non les demandes.  



RTR2E87C (1)