Dortmund : Marc Bartra donne des nouvelles et évoque les « 15 minutes les plus longues » de sa vie

Voir le site Téléfoot

Capture d’écran 2017 04 15 à 14 33 45
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2017-04-15T12:35:12.639Z, mis à jour 2017-04-15T12:35:13.755Z

Sur Instagram, Marc Bartra a envoyé un message touchant revenant sur les évènements qui ont touché Dortmund, et lui plus personnellement, mardi.

Touché au bras lors de l’attentat ayant visé le bus de Dortmund mardi, Marc Bartra a brisé la carapace depuis son compte Instagram.

Un cauchemar

Mardi soir, Marc Bartra croyait vivre une soirée de rêve lors de la réception de Monaco en Ligue des Champions. Il a finalement vécu un enfer au moment où son bus a été ciblé par un attentat revendiqué par plusieurs entités. Touché par une explosion, le défenseur espagnol souffre d’une fracture du radius pour laquelle il a dû être opéré. C’est avec émotion et en toute transparence qu’il a voulu revenir sur cette tragédie ayant poussé l’UEFA à repousser le match, finalement perdu par le BVB. Sur Instagram, Marc Bartra a posté une photo de lui sur son lit d’hôpital, accompagnée d’un long message d'espoir où il évoque le calvaire et appuie son envie de se battre.

Hoy he vuelto a recibir en el hospital la visita que más feliz me hace. Ellas son mi todo, la razón por la que lucho para superar siempre los obstáculos y este ha sido el peor de mi vida, una experiencia que no desearía a nadie en este mundo. El dolor, el pánico y la incerteza de no saber lo que estaba pasando, ni cuánto tiempo duraría... fueron los 15 minutos más largos y duros de mi vida. A todo esto os quiero decir, que creo que el shock de estos días va disminuyendo cada vez más y a la vez se suman las ganas de vivir, de luchar, de trabajar, de reír, de llorar, de sentir, de querer, de creer, de jugar, de entrenar, de seguir disfrutando de mi gente, seres queridos, compañeros, de mi pasión, de defender, de oler el césped como hago antes de que empiece el partido y motivarme. De ver las gradas llenas de personas que aman nuestra profesión, gente buena que sólo quiere que le hagamos sentir emociones para olvidarse del mundo y sobre todo de este mundo en el que vivimos, cada vez más loco. Lo único que pido, LO ÚNICO, es que vivamos TODOS en paz y dejemos atrás las guerras. Estos días cuando me miro la muñeca, hinchada y malherida, sabéis qué siento? Orgullo. La miro orgulloso pensando en que todo el daño que querían hacernos el martes, se quedó en esto. Gracias a los doctores, enfermeras, fisioterapeutas y personas que me ayudan a recuperar y que la muñeca quede perfecta. A las miles y miles de personas, medios, organizaciones de todo tipo, el BVB y compañeros, que me habéis hecho llegar vuestro apoyo y cariño. Por pequeño que sea, me ha llenado increíblemente de fuerzas para seguir SIEMPRE adelante. Necesitaba escribir y desahogarme y así zanjar todo para ya solo pensar en ponerme al 100% lo más pronto posible! Un saludo muy grande! Marc 💛

Une publication partagée par Marc Bartra (@marcbartra) le

« Les 15 minutes les plus longues de ma vie »

Voici les propos de Marc Bartra, « Aujourd’hui, j’ai reçu une visite qui me rend heureux. Ils sont tout pour moi, la raison pour laquelle je surmonte les obstacles et le plus récent a été le pire de ma vie, une expérience que je ne souhaite à personne dans ce monde. La souffrance, la panique et l’incertitude parce qu’on ne sait pas ce qu’il se passe, ou combien de temps cela va durer… Ce fut les 15 minutes les plus longues de ma vie. Je tiens à dire à tout le monde que le choc de ces derniers jours disparaît de jour en jour pour laisser sa place au désir de vivre, de me battre, de travailler, de rire, de pleurer, de ressentir, d’aimer, de croire, de jouer, de m’entraîner, de continuer à apprécier mes proches, mes coéquipiers, ma passion, de défendre, de sentir la pelouse comme je le fais avant le début des matches pour me motiver. De voir les supporters qui aiment notre sport, des gens biens qui veulent juste ressentir des émotions pour oublier le monde, spécialement celui dans lequel nous vivons, complètement fou. La seule chose qui compte est que nous vivions tous en paix et en dehors des guerres. Quand je regarde mon poignet, gonflé et blessé, vous savez ce que je ressens ? De la fierté. Je le regarde fièrement, pensant que le mal qu’ils ont voulu nous faire mardi se résume à ça. Merci aux docteurs, aux infirmières, aux physiothérapeutes et aux gens qui m’aident à guérir. Aux milliers de gens, aux médias, aux organisations, au BVB, aux collègues, qui m’ont offert tant de soutien et d’affection. Aussi petits qu’ils pourraient être, ils me donnent la force de continuer. Je devais écrire pour me soulager d’un poids et me libérer afin de revenir à 100 % aussi vite que possible. Un grand merci à tous. »

Dortmund a failli déclarer forfait

En parallèle, Hans-Joachim Watzken, le président du Borussia Dortmund, a confié dans les colonnes de Der Spiegel avoir envisagé de déclarer forfait et de se retirer de la Ligue des Champions, « Je me suis brièvement demandé si nous ne devions pas nous retirer totalement de la compétition. Mais cela aurait été une victoire pour les auteurs de l'attaque. » Il a finalement préférer laisser le choix aux joueurs, qui étaient libres, à titre individuel, de ne pas disputer la rencontre s’ils ne se sentaient pas prêts. Aucun ne s’est retiré et, après une entame difficile, les Allemands se sont fendus d’une deuxième période courageuse.