Dans l'actualité récente

Drogba a été opéré

Voir le site Téléfoot

JDM : Drogba a été opéré
Par Vincent BREGEVIN (avec AFP)|Ecrit pour TF1|2010-06-06T12:36:00.000Z, mis à jour 2010-06-06T12:36:00.000Z

A J-5 du coup d'envoi de la Coupe du monde, Didier Drogba a été opéré avec succès de sa fracture du cubitus. La France sera arbitrée par un Japonais pour son premier match face à l'Uruguay, et l'Afrique du Sud se prépare à accueillir une masse de visiteurs.

DROGBA OPERE AVEC SUCCES


Didier Drogba a entamé sa course contre la montre. Le buteur ivoirien a été opéré avec succès de sa fracture du cubitus et espère désormais être opérationnel pour le premier match des Eléphants le 15 juin face au Portugal. "L'intervention chirurgicale nécessaire s'est passée avec succès", a assuré la fédération dans un communiqué précisant que l'opération avait été pratiquée par les "éminents spécialistes" Ralph Hertel et Michel Gaillot. "Les professeurs Hertel et Gaillot, ainsi que le corps médical des Eléphants (la sélection ivoirienne) sont optimistes sur une récupération rapide du joueur", précise le communiqué qui remercie le monde du sport et les Africains pour leur soutien. Agé de 32 ans, Dorgba s'est blessé sur un choc avec le défenseur japonais Marcus Tulio Tanaka vendredi, lors du match amical Côte d'Ivoire-Japon (2-1).


UNE BELLE AFFICHE POUR LANNOY, UN JAPONAIS POUR LA FRANCE


On connait désormais les arbitres des 16 premiers matches de la Coupe du monde. Le seul Français retenu pour diriger des rencontres du Mondial, Stéphane Lannoy, a été plutôt bien servi avec une affiche intéressante entre les Pays-Bas et le Danemark, dans le groupe E. Il officiera avec ses assistants habituels Laurent Ugo et Eric Dansault. L'équipe de France sera pour sa part arbitrée par le Japonais Yuichi Nishimura face à l'Uruguay. Agé de seulement 38 ans, il a également officié lors de la Coupe des confédérations 2008. Un peu plus tôt, le match d'ouverture opposera l'Afrique du Sud au Mexique avec l'Ouzbèke Rashan Irmatov au sifflet.


AEROPORTS : L'ACSA A TOUT PREVU


La Compagnie des aéroports sud-africains (Acsa) est à pied d'oeuvre pour endiguer le problème de vol de bagages et de sécurité qui sévit dans le pays. Elle a investi pas moins de 17 millions d'euros pour mettre en place de nouveaux dispositifs afin d'assurer le transit des 300.000 visiteurs attendus durant la Coupe du monde. Pour protéger leurs valises, Acsa a acheté des scanners électroniques, capables de les suivre de l'enregistrement jusqu'au chargement en soute. En cas de disparition, le système dénonce immédiatement le dernier agent à les avoir manipulés. "Cette nouvelle technologie a permis de réduire considérablement les larcins", affirme Tebogo Mekgoe, directeur adjoint de l'aéroport OR Tambo de Johannesburg. Quelque 175 agents véreux ont par ailleurs été remerciés l'an dernier. Autre sujet d'inquiétude: le risque terroriste. Les craintes ont été renforcées en mai quand des journalistes de la radio sud-africaine 702 ont réussi à passer les contrôles de sécurité des aéroports de Johannesburg, du Cap et de Durban avec des couteaux, des seringues, des tournevis, des ciseaux et des lames de rasoir. Grâce à une "technologie de niveau mondial" et à l'entraînement des personnels, "plus de 700 objets interdits sont détectés chaque jour dans les aéroports sud-africains", assure pourtant le porte-parole d'Acsa, Solomon Makgale.


SANS-ABRIS : LE GRAND NETTOYAGE


Les visiteurs qui se rendront en Afrique du Sud pour le Mondial verront manifestement une version édulcorée de la société sud-africaine. Echoués dans un camp fait de baraques de tôles alignées, les sans-abris du Cap accusent notamment la municipalité de les cantonner à l'écart des visiteurs. "Ils évacuent les gens qui vivent dans la rue ou dans les cabanes des arrière-cours", affirme Mohammed Ali, l'un des résidents de l'immense camp, qui s'étend avec une rigueur militaire sur un terrain de sable balayé par les vents. "Ils amènent tous ces gens ici pour le Mondial. C'est du grand nettoyage", lance Mohammed, 38 ans, qui vit avec sa femme et deux enfants à "Blikkiesdorp", le "village de tôle" en afrikaans, la langue dominante autour du Cap. La mairie se défend de toute campagne visant à écarter les indésirables des circuits touristiques. "Il n'y a pas d'augmentation notable du nombre de personnes emmenées (vers le camp) depuis la fin de l'année dernière", indique le porte-parole de la ville, Kylie Hatton. Mais, à Blikkiesdorp, la frustration monte. "Nous ne voulons pas être ici", dit Washeila Smith, 57 ans. "Ce n'est pas chez nous."