Droits TV : l'OM devant Paris et Lyon

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par Laurent TITY|Ecrit pour TF1|2013-06-07T10:15:00.000Z, mis à jour 2013-06-07T10:18:48.000Z

Les revenus liés aux droits TV pour la saison écoulée permettent à l'OM d'empocher un beau pactole. A tel point que Marseille devance même le champion Paris. Lyon arrive troisième.

47,9 millions d'euros. C'est la somme que s'apprête à recevoir l'OM grâce à la manne télévisuelle de l'exercice 2012-2013. Un pactole qui récompense l'attractivité du club phocéen et sa régularité dans le haut du classement de L1 ces dernières années.

L'OM devance Paris
Le quotidien L'Equipe révèle la répartition des droits TV pour la saison écoulée, que la LFP devrait communiquer aux clubs lundi prochain. A ce petit jeu, c'est l'OM qui sort grand vainqueur (47,9 M€), devançant le champion parisien (44,1 M€) et Lyon (43,9 M€). Plus loin, des clubs tels que Bordeaux (32,1 M€), Lille (32 M€) et l'ASSE (30,4 M€). Les trois clubs relégués en L2 sont ceux qui recevront le moins d'argent : Nancy (15 M€), Brest (13,7 M€) et Troyes (12,9 M€). A noter que l'AS Monaco est le club le mieux loti en L2 avec 5,5 millions d'euros, devant Nantes (5,3 M€) et Guingamp (5 M€).

Attractivité et résultats sportifs
Pour comprendre cette répartition des droits TV, il faut savoir qu'elle tient compte du nombre de diffusions, des horaires et des audiences générées par chaque club en cours de saison. Et pour ce qui est l'aspect sportif, la répartition se base sur le classement en Ligue 1 des clubs lors des cinq dernières années. Le tout cumulé permet à la LFP de calculer les sommes reversées à chaque club.

Le paradis anglais
Bien que ces sommes représentent une immense partie du budget des clubs français, la Ligue 1 est encore loin de bénéficier de la manne financière de la Premier League. A titre d'exemple, dans le championnat anglais le premier relégable cette saison, Wigan, a reçu 47 millions d'euros de droits TV, soit à peine moins que la somme qu'encaissera l'OM, le deuxième de L1.

Mais la Ligue 1 a encore du chemin à parcourir pour devenir aussi attractive auprès des diffuseurs que la Premier League.