Entre le PSG et l’OM, il n’y a pas eu photo…

Voir le site Téléfoot

Lucas - PSG
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2017-02-26T22:04:52.485Z, mis à jour 2017-02-26T22:04:54.073Z

En cette soirée des Oscars, le PSG a touché les étoiles pour humilier l'OM au Vélodrome. 5-1, tarif.

Conquérant, le PSG a douché les infimes espoirs d’une première victoire de prestige pour l’OM de Rudi Garcia. Les supporters du Vélodrome ont assisté à une valise qui rappelle le chemin restant à parcourir pour réintégrer le gratin de la Ligue 1.

Rien à défendre

C’était l’Olympique de Marseille qui recevait. Mais la pression était bel et bien du côté du PSG, obligé de gagner après les victoires de Nice et de Monaco. S’il y avait des surprises dans les onze alignés de part et d’autre (pas de Sanson à l’OM, pas de Di Maria ni de Draxler au coup d’envoi côté parisien), il n’y en a pas eu sur le terrain. Le champion de France en titre n’a laissé absolument aucune chance à son adversaire du soir. Le pire ? Il n’a jamais eu à forcer son talent. Surtout pas face à cette défense-là, pilonnée sur son couloir gauche, celui occupé par Evra. Le latéral a d’ailleurs oublié Marquinhos, qui ne s’est pas fait prier pour ouvrir le score sur une belle passe de Thiago Silva consécutif à un coup franc botté par Verratti. Une combinaison qui a dû être travaillée à l’entraînement. Dans la foulée, Payet, sans doute le Marseillais le plus remuant, a voulu égaliser rapidement, mais sa frappe a frôlé le poteau de Trapp. De 1 à 0, le score est passé à 2 à 0 quand Pastore a magnifiquement trouvé Cavani, à la limite du hors-jeu. Le plan de l’OM était déjà tombé à l’eau et, par extension, il a pris l’eau à son tour.

3 puis 4 puis 5…

Marseille, en délicatesse derrière, n’a jamais pu appliquer ses ambitions. Car son pressing haut était beaucoup trop agressif lors des premiers instants de la rencontre. Ensuite parce que le PSG évolue dans une strate bien supérieure. Clinique, froid, implacable et appuyant sur les faiblesses adverses. C’était le PSG du choc face au FC Barcelone, sûr de ses forces et en état de grâce lors de ses incursions dans la surface adverse. Sa domination a été justement récompensée par un spectacle plein ayant continué après la pause. Lucas (50e), Draxler (61e) et Matuidi (72e) ont corsé l’addition et la réduction du score signée Fanni est anecdotique (70e). Lors de ce classique, les Phocéens en ont pris cinq à la maison et il leur faudra s’en relever.

14 matches sans victoire

Cela fait une éternité que l’Olympique de Marseille n’a plus battu le PSG : sur les quatorze dernières confrontations, il en a perdu douze, dont celle de ce soir. Cette saison, il n’a même pas battu une seule fois une équipe du top 5, soit mieux classée qu’elle. La défense a encore été le coeur de ses maux et Rudi Garcia a du pain sur la planche. Le PSG, lui, peut avoir le sourire. Critiqués avant le 1er janvier 2017, les hommes d’Unai Emery sont en train d’allier plaisir et efficacité. Victoires et plaisir d’offrir. Cela ne leur permet pas encore de prendre le trône occupé par Monaco. Mais le PSG restera dans la course jusqu’au bout. Vivement la suite.