Dans l'actualité récente

Epuisé, l’OM cherche un second souffle

Voir le site Téléfoot

RTS1PSJE
Par Christopher LE CAËR|Ecrit pour TF1|2018-05-06T11:57:02.894Z, mis à jour 2018-05-06T12:01:52.147Z

Qualifié jeudi soir pour la finale de la Ligue Europa, Marseille se replonge dès ce dimanche dans le quotidien de la Ligue 1. A l’heure de recevoir Nice (21h), les Olympiens cherchent un second souffle pour accrocher le podium.

Sur tous les fronts. Au septième ciel après sa qualification pour la finale de la Ligue Europa (le 16 mai face à l’Atlético de Madrid, à Lyon), l’OM doit vite redescendre sur terre. Car déjà se profile à l’horizon la venue de Nice au Vélodrome ce dimanche (21h). Un match à ne surtout pas prendre à la légère pour des Phocéens qui vont devoir batailler jusqu’au bout pour accrocher - via le Championnat - une place en C1 la saison prochaine.

Lutte pour le podium

Retour au pain quotidien de la Ligue 1, trois jours après l’ivresse de Salzbourg. Pas le temps de savourer, Marseille doit se remettre au boulot s’il veut atteindre son objectif : terminer sur le podium. Quatrièmes à un point de Monaco (3e) et deux de Lyon (2e), les Olympiens ne peuvent donc pas se permettre de perdre des points en route, encore moins à domicile. En conférence de presse samedi, Rudi Garcia a prévenu ses joueurs : « Ils savent très bien ce que je pense de la situation. Il ne faut plus penser à jeudi. On est à deux points d’une qualification directe en Ligue des champions. Il faut gagner dimanche, il ne faut rien lâcher, il faut gagner les trois derniers matches ». Même son de cloche chez les joueurs, conscients qu’ils peuvent aussi tout perdre en cette fin de saison. « Après le match (de Salzbourg), on est sur un petit nuage, a reconnu Jordan Amavi devant la presse. Mais il faut vite redescendre parce que le match contre Nice est vraiment important pour nous ». A l’OM, il n’y aurait donc pas de dilemme : Gustavo and co joueront dimanche pour gagner. Viendra ensuite le temps de penser à l’Atlético.

Garcia : « L’euphorie peut nous porter »

Après une telle débauche d’énergie jeudi dernier dans la Red Bull Arena, comment vont réagir les organismes des Marseillais qui ont 120 minutes dans les jambes ? Pas question de parler de fraîcheur. Face à Nice, les Olympiens vont disputer leur 59e match de la saison (record en Europe). Forcément, la fatigue devrait se faire sentir ce dimanche dans un Vélodrome qui voudra encore fêter ses héros. Du reste, Rudi Garcia compte sur l’exaltation et le soutien des supporters. « L’euphorie peut nous porter. Il faut jouer avec le contexte du moment. Si on joue à douze, on sera plus forts ». Nul doute que les fans marseillais ont entendu l’appel du coach. Un entraîneur qui, compte tenu de l’enjeu, ne pourra pas faire tourner son effectif. D’autant qu’il n’a pas énormément de solution de rechange… 

Turnover face à Nice ?

Rami suspendu, Rolando, le héros de Salzbourg, devrait être aligné en défense centrale aux côtés de Gustavo, bien que ce dernier, joueur marseillais le plus utilisé cette saison (54 matches disputés), donne des signes de fatigue. « Je plains déjà mes coéquipiers pour dimanche parce que physiquement ça va être compliqué » a souligné Adil Rami. Ocampos, qui avait aussi manqué de jus en Autriche, pourrait céder sa place à Clinton Njie face à Nice. Garcia sait qu’il ne pourra pas faire souffler tous ses hommes, mais Anguissa pourrait épauler Lopez au milieu et laisser Sanson sur le banc. Mitroglou toujours gêné par ses ischios, Germain devrait rester en pointe. Malgré l’épuisement et la succession des rencontres, Jordan Amavi a néanmoins donné rendez-vous dimanche soir : « C’est vrai qu’avec l’enchaînement des matches, on fait le nécessaire pour bien récupérer, des massages etc… On a fait beaucoup de recup’ pour être prêts pour le match (face à Nice) ». Ne dit-on pas qu’on récupère plus vite de ses efforts après une victoire ? Réponse ce dimanche face au Gym.


RTS1PSJE

Après sa qualification en Autriche, l'OM enchaîne par un match crucial dans la course au podium (crédit images : Reuters/Leonhard Foeger)