Equipe de France : Anelka sur le banc des accusés

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par Laurent TITY|Ecrit pour TF1|2010-06-18T13:03:00.000Z, mis à jour 2010-06-18T13:03:00.000Z

Parmi les innombrables critiques s'abattant sur l'équipe de France depuis la défaite contre le Mexique, celles visant Nicolas Anelka ne manquent pas. Mais plus que la performance sportive de l'attaquant, pas aidé par le dispositif mis en place, c'est son comportement que les observateurs jugent inadmissible.

Dernier match en bleu ?
L'histoire complexe entre l'équipe de France et Nicolas Anelka, faite de rendez-vous ratés, de malchance, de mépris et d'incompréhension, a peut-être touché à sa fin au coup de sifflet de l'arbitre de France - Mexique, renvoyant les deux équipes aux vestiaires. Car après une prestation insipide, dans la droite lignée de ses performances depuis les matches de préparation, Raymond Domenech décida de remplacer Anelka par Gignac pour débuter la seconde mi-temps. Et il y a peu de chances de revoir l'attaquant de Chelsea pour le dernier match contre l'Afrique du Sud, à moins que Domenech ne nous fasse une... Domenech.

Lizarazu en colère
Car le fait qu'Anelka, qui n'est pas un avant-centre type et encore moins un point de fixation, ne trouve pas sa place dans le système offensif (sic) mis en place par le sélectionneur, la France entière peut le comprendre. En revanche le comportement du joueur reste en travers de la gorge de nombreux observateurs et supporters. Bixente Lizarazu résume ce sentiment : « Ce qui m'a interpellé, c'est la première mi-temps de Nicolas Anelka. J'ai vu un joueur marcher. Marcher en Coupe du Monde... Il n'était pas agressif, pas intéressé par le jeu. C'est une image symbolique. Domenech l'a sorti à la pause mais il aurait dû le faire bien plus tôt. On ne doit pas jouer de façon égoïste, on doit montrer qu'on a la gnac. »

Pas un bouc-émissaire mais un symbole
Symbole de l'état d'esprit plus que limite montré par Anelka sur le terrain, ses deux coup-francs tirés avec une désinvolture insupportable. Bien sûr, les problèmes de l'équipe de France ne se limitent pas à l'attitude d'un seul joueur. Il y aurait beaucoup à dire également sur le comportement de William Gallas, le niveau de Sidney Govou, les limites de Franck Ribéry, la mise à l'écart de Yoann Gourcuff, sans parler des choix tactiques du sélectionneur. Pas question donc de faire d'Anelka un bouc-émissaire, mais l'ancien joueur du Paris Saint-Germain symbolise parfaitement tout ce qui manque à cette équipe : don de soi, solidarité, application.