Dans l'actualité récente

Equipe de France : Le baromètre des Bleus de l’étranger

Voir le site Téléfoot

Bleus
Par Quentin Migliarini|Ecrit pour TF1|2016-10-03T13:33:02.994Z, mis à jour 2016-10-04T13:56:47.067Z

De Madrid à Arsenal et Manchester, en passant par le Mexique, les Bleus ont plu ou déçu ce week-end. Tour d’horizon de leurs performances à quatre jours du match face à la Bulgarie.

Gameiro et Griezmann, ça cartonne

Antoine Griezmann et Kévin Gameiro dans les bras l’un de l’autre. Cette scène a sans doute retenu l’attention de Didier Deschamps pour peu que le sélectionneur ait jeté un œil sur Atlético Madrid-Valence (2-0), ce week-end. Depuis le 17 septembre la doublette a frappé à trois reprises en Liga. En l’absence de Karim Benzema, toujours écarté par la Fédération française de football, Deschamps pourrait être tenté de les aligner ensemble sur le terrain. La présence de Gameiro pour le rassemblement qui commence aujourd’hui témoigne de la confiance nouvelle que lui accorde le sélectionneur. A lui de saisir sa chance.

Martial retrouve le chemin des filets, Coman est muet

Buteur face à l’Italie le 1er septembre dernier, Anthony Martial n’avait plus marqué depuis. Quatre matches sans saveur toutes compétitions confondues, deux mises à l’écart, et l’ancien monégasque a finalement retrouvé la lumière. Remplaçant face à Stoke City (1-1), Martial est rentré avec la hargne qu’on lui connait. Deux minutes à peine après son entrée en jeu, l’international français inscrivait son premier but de la saison grâce à un coup du sort, certes, mais consécutif à un débordement génial de sa part côté gauche. KIngsley Coman n'a, de son côté, toujours pas retrouvé la flamme. En Bavière, son cas interpelle. Diminué par une blessure aux ligaments de la cheville gauche avant la reprise en Allemagne, l'attaquant n'a pas convaincu depuis malgré quatre titularisations de rang. Cette trêve internationale tombe à pic. 

Koscielny plane au milieu des incertitudes

Dans le sillage d’un Euro 2016 brillant en tous points, Laurent Koscielny s’est lui imposé comme le patron de la défense des Gunners en ce début d'exercice 2016-2017. Le défenseur s’est même offert un but ce week-end, précieux qui plus est.  Aymeric Laporte, le nouveau venu en équipe de France,  aura bien du mal à le déloger de la charnière centrale. Un poste que l’Alsacien occupe aux côtés de Raphaël Varane avec les Bleus. Le Madrilène, justement, est sorti à la pause ce week-end contre Eibar. Touché derrière la cuisse, le Français a ressenti une douleur et son entraîneur n’a pas souhaité prendre le moindre risque. Deschamps l’en remerciera.