Equipe de France - Benzema, Griezmann, le sytème de jeu, la vidéo, Rabiot : le top des déclas de Deschamps

Voir le site Téléfoot

RTS3MXF
Par Alexandre COIQUIL|Ecrit pour TF1|2017-08-24T15:57:45.271Z, mis à jour 2017-08-24T15:58:19.904Z

Interrogé sur de nombreux sujets, jeudi en conférence de presse, Didier Deschamps a fait un large tour de la question à une semaine de la réception des Pays-Bas en match éliminatoire à la Coupe du monde 2018. Voici ses meilleures déclarations.

Sur la nouvelle absence de Karim Benzema

"Ma position n’a pas évolué, rien n’a changé."


"Vous aimez bien revenir sur ce sujet. Avant chaque liste, je prends le temps de réfléchir. Mais vous connaissez les raisons. Je n’ai pas à prendre une position radicale."



Sur le manque de rythme d’Antoine Griezmann et son carton rouge reçu face à Gérone en Liga :


"Son carton rouge ? Il s’en serait bien passé, moi aussi. Il s’entraîne depuis un moment. C’est une question de rythme, c’est probable qu’il ne soit pas à 100%. Mais je ne suis pas inquiet. 


"En enchaînant les matches, c’est vrai qu’on prend plus rapidement le rythme. Au moins, il ne se blessera pas ce week-end avant d’arriver."


Sur un possible changement de système de jeu :


"Je ne suis pas figé. C’est vrai qu’on a plus utilisé le 4-4-2 depuis un moment. J’ai les deux possibilités avec le 4-2-3-1. La question c’est de me dire : dans quel système on sera le mieux ? Cela dépend de ce que propose l’adversaire."


Sur l’arbitrage vidéo


"Mon avis n’a pas évolué, mais c’est un plus. Il faut le voir comme quelque chose qui peut aider. Après les décideurs doivent réfléchir à son utilisation. Peut-être, faut-il la réduire."


"J’ai assisté à la finale de la Coupe des Confédérations et cela ne ressemblait plus à grand-chose. J’ai vu beaucoup de joueurs qui réclamaient la vidéo, alors que ce n’est pas à eux de le faire, c’est à l’arbitre de le faire où à ceux qui sont derrière l’écran."




Sur le départ de Blaise Matuidi à la Juventus Turin et un éventuel rôle de conseiller auprès des joueurs :


"Je lui ai donné un conseil : c’est d’apprendre vite l’italien, c’est important là-bas."


"J’ai échangé avec beaucoup de joueurs. Mais je ne suis pas là pour les conseiller, ce sont leurs choix de carrière."


"Ce n’est pas mon passé à la Juventus qui va faire que je vais pousser quelqu’un vers ce club. Il a un nouveau challenge excitant devant lui."


Sur le niveau d’Adrien Rabiot


"A l’image de son club, c’est vrai qu’il est performant. C’est un jeune joueur qui a déjà beaucoup emmagasiné beaucoup de temps de jeu et d’expérience. Il joue la Ligue des champions. Il a un entraîneur qui lui fait confiance, il a fait un très bon début de saison. Il l’a été l’an dernier aussi, malgré le naufrage contre le Barça. Il s’impose même si ce n’est pas facile à faire, car il y a beaucoup de concurrence."


Sur la non-sélection de Dimitri Payet :


"Il est resté trois semaines sans jouer. Il n’est pas pris car il n’est pas opérationnel."


Sur la situation d’Anthony Martial :

"Je lui reconnais d’avoir été efficace quand il a joué. Mais quand on regarde de plus près, on voit qu’il n’a joué que deux fois dix minutes. A lui de tout faire pour jouer plus."


La conférence de presse de Didier Deschamps :



en savoir plus : Equipe de France de Football

Plus d'actualité