Dans l'actualité récente

Équipe de France féminine : Dernière ligne droite avant la Coupe du monde

Voir le site Téléfoot

Bleues Confidentiel
Par Stéphane Renaux|Ecrit pour TF1|2015-03-08T12:24:00.000Z, mis à jour 2015-03-08T14:00:47.000Z

Si le Mondial féminin n'aura lieu qu'en juin prochain, les Bleues se préparent déjà activement au Tournoi d'Algarve, qui réunit les meilleures équipes de la planète. Comment les joueuses de Philippe Bergeroo travaillent pour ce rendez-vous ? Plongée dans le "Bleu confidentiel" de Téléfoot.

Désignée comme l’une des favorites pour le titre mondial, l’équipe de France féminine de Camille Abily poursuit sa préparation au Portugal.

Un groupe redoutable

Depuis juillet 2013, l’équipe de France féminine a disputé 30 matches internationaux, et elle ne s’est inclinée qu’à une seule reprise. Deux performances viennent souligner cette régularité des joueuses du sélectionneur Philippe Bergeroo : la victoire en Allemagne en octobre dernier (0-2), puis celle il y a un mois contre les États-Unis, l’une des nations les plus titrées, sur le même score. Une première depuis 1992. Aujourd’hui, la France occupe le 3ème rang FIFA, derrière les Allemandes et les Américaines. Une performance qui démontre les progrès accomplis depuis quelques années.

Nouveaux moyens, comme chez les garçons

Depuis une semaine, l’équipe de France féminine dispute la 22ème édition du Tournoi de l’Algarve au Portugal. Elles ont remporté leurs deux premières rencontres, face au pays hôte (1-0) et contre le Danemark (4-1). Le Japon sera leur prochain adversaire ce lundi. Si les partenaires d’Eugénie Le Sommer figurent parmi les prétendantes de cette compétition, c’est notamment grâce aux moyens techniques et humains mis en place, adaptés au plus haut niveau et comparables à leurs homologues masculins. "C’est la première fois que notre staff médical ressemble à celui des garçons", explique Fabrice Byand, le médecin des Bleues. Les séances d’entraînement sont devenues plus intenses, à l’image de celles des gardiennes de buts, managées par Albert Rust.

La Coupe du monde, le point d'orgue ?
Sous la houlette de Fredéric Aubert, le préparateur physique, les Bleues espèrent désormais faire mieux que lors de la précédente Coupe du monde, où elles avaient terminé à la 4ème place. "On a pas le droit de décevoir. Il faut qu’on aille au bout", indique la capitaine Wendie Renard (61 sélections). Dans trois mois au Canada (du 6 juin au 5 juillet), l’objectif sera de détrôner le Japon, tenant du titre et ainsi récompenser une génération dorée. "Pour certaines, c’est la dernière chance…", déclare-t-il, en pensant notamment à Camille Abily, Élise Bussaglia ou encore Gaétane Thiney. "On fait du sport avant tout pour gagner", affirme cette dernière. Leur premier match du Mondial face à l’Angleterre le 9 juin prochain, devrait annoncer la couleur.