Erivelton Paulo da Silva, ou la fabuleuse histoire d'un joueur qui a survécu à une leucémie et à un AVC

Voir le site Téléfoot

Erivelton Paulo da Silva
Par Silvestro DE CARO|Ecrit pour TF1|2014-08-14T12:05:00.000Z, mis à jour 2014-08-14T19:37:47.000Z

Il est parfois dans le football des leçons de vie formidables. L'histoire d'Erivelton Paulo da Silva en est peut-être la plus belle. Le jeune Belge a survécu à une leucémie et un AVC, et est désormais un joueur professionnel.

Cette histoire a été révélée par Thefootballstories. Très jeune, Eriverlton Paulo da Silva entretient le rêve de devenir footballeur professionnel, comme beaucoup de gamins. Mais pour parvenir à ses fins, le Belge a dû surmonter plusieurs problèmes de santé, et pas des moindres : une leucémie, puis un AVC. Son histoire est exceptionnelle.
Son rêve, devenir footballeur
Dans la famille du jeune Erivelton Paulo da Silva, le football est une véritable religion. Son oncle, Edmilson da Silva a fait les beaux jours du FC Seraing et du Standard de Liège, avant de terminer sa carrière à 43 ans dans la modeste équipe de Juprelle. Son père, Edson, a joué en deuxième division belge. Avec une telle famille, le destin du jeune Erivelton est tout tracé : devenir footballeur. Dès lors, le Belge entretient ce rêve.

Victime d'une leucémie à 12 ans
Très vite, Erivelton se passionne pour ce sport, et cherche à intégrer un centre de formation pour développer et peaufiner ses qualités. Agé de 12 ans, la vie va pourtant le freiner dans son élan. Le centre de formation n'est pas pour tout de suite, car l'enfant est victime d'une leucémie, ce cancer terrible des cellules de la moelle osseuse. Alors que beaucoup auraient baissé les bras face à la maladie, et abandonné leur rêve d'être un jour footballeur au plus haut niveau, Erivelton décide de se battre. Son premier combat, il finit par le gagner. Dans des propos recueillis par Thefootballstories, Erivelton Paulo da Silva regarde dans le rétroviseur et revient sur cette étape dramatique de sa vie : « J'ai beaucoup pleuré, je voyais mon rêve de devenir footballeur de haut niveau se briser. Mais je voulais montrer qu'on pouvait toucher le haut niveau dans le foot en ayant été malade, je suis resté deux ans sans jouer, c'était quasi-mission impossible. »

Pour triompher de la maladie, Erivelton subit près de deux ans de chimiothérapie. Un traitement qui l'a sauvé, mais qui a également été source de souffrances pour le gamin : « Je suis retourné à l'école juste après le diagnostic. Les autres enfants se moquaient de moi, j'étais devenu gros et je n'avais plus de cheveux ».

Après le cancer, l'AVC
Rapidement rétabli - ce qui est un petit miracle en soi -, Erivelton doit une nouvelle fois faire face à un destin semé d'embuches. Cette fois-ci, il est victime d'un accident vasculaire cérébrale. Selon l'avis des médecins, cet AVC pourrait lui briser son rêve, devenir footballeur professionnel. Erivelton raconte : « Pendant trois jours, je ne pouvais plus bouger mes jambes, j'ai vraiment cru que tout était fini pour le foot. Je n'arrivais plus à marcher, alors je me disais que c'était impossible d'envisager à nouveau de taper le ballon. J'avais une veine bouchée au niveau du cerveau. Les médecins que j'ai rencontrés m'ont prévenu : ça allait être très difficile pour continuer le football à haut niveau. Je me suis accroché à mon rêve, je ne l'ai jamais lâché. J'ai perdu les kilos liés à ma prise de traitement, vingt en tout, en un an. »

Combattif, Erivelton n'abandonne pas. Il se bat contre une vie qui ne le ménage pas et, une nouvelle fois, sort victorieux. A 14 ans, il a déjà vaincu une leucémie et un AVC. Il lui reste maintenant à reprendre le football, ce qu'il s'empresse de faire. Il retourne à l'entraînement avec le RC Genk, et ses bonnes prestations lui valent une convocation avec l'équipe des moins de 16 ans de la Belgique. Sur une pente ascendante, il est ensuite convoqué chez les U17 en 2011, et se paie même le luxe d'inscrire un but face au Monténégro et à la France.

Premier contrat professionnel
L'attaquant va ensuite réaliser son rêve d'enfance, et devenir footballeur professionnel. Il signe son premier contrat pro dans une équipe de deuxième division belge, Saint-Trond. Il dispute quatre matches de championnat, et rejoint le RC Malines en 2014. En parallèle, il continue son évolution avec la sélection nationale, et joue régulièrement avec les U19. A Thefootballstories, il tire les conclusions d'une enfance marquée par la souffrance : « Cette maladie m'a appris que je n'avais pas le droit d'être triste ou déçu. J'arrive à présent à m'automotiver par rapport à ce que j'ai vécu. Je dois ma guérison à ma foi chrétienne et à mes parents, qui ont toujours été là pour me soutenir.»

► L'article original sur Thefootballstories