Escalettes: "Pas évident"

Voir le site Téléfoot

'La France est à sa place'
Par DPPI|Ecrit pour TF1|2010-02-15T15:34:06.000Z, mis à jour 2010-02-15T15:34:06.000Z

Jean-Pierre Escalettes, président de la FFF, a estimé que le tirage au sort des éliminatoires de l'Euro 2012 n'était "pas évident du tout". L'équipe de France sera logée dans le groupe D avec la Roumanie, la Bosnie, le Bélarus, l'Albanie et le Luxembourg.

JEAN-PIERRE ESCALETTES, que pensez-vous du tirage au sort et des adversaires promis aux Bleus?


J.P.E. : Ce n'est pas évident du tout. Certains parlaient de rejouer le match contre l'Irlande, cela ne se fera pas mais on va rejouer la Roumanie. C'est une vieille habitude.


Le bilan est très mitigé contre les Roumains depuis plusieurs années…


J.P.E. : Il est très mitigé puisqu'on ne les a pas battus depuis longtemps, eux non plus d'ailleurs. Il faut se méfier de ce groupe très équilibré. Les Biélorusses ont fait énormément de progrès, la Bosnie est toujours très difficile. Le Luxembourg a gagné contre la Suisse qui est qualifiée pour le Mondial. La seule chose qui nous satisfait c'est que l'on n'a pas trop de déplacements à faire, pas beaucoup de décalage horaire.


Avec la Bosnie, il y aura un entraîneur qui connaît bien le football français, Safet Susic...


J.P.E. : Il peut nous réserver de mauvaises surprises mais on essaiera d'être à la hauteur.


Est-ce que vous souhaitiez rencontrer l'Eire comme Michel Platini?


J.P.E. : Il y a plusieurs attitudes. On peut se dire que l'on peut jouer deux matches pour tout oublier. Mais c'est un peu chaud encore et je préfère l'éviter. De temps en temps, il faut laisser les plaies se cicatriser. Mais ni Michel (Platini, ndlr), ni moi, ne maîtrisons le sort et s'il avait fallu rencontrer l'Irlande, nous l'aurions fait avec plaisir parce qu'on a beaucoup d'amis en Irlande et j'espère que les Irlandais aiment beaucoup la France. On oubliera cette péripétie très vite.


Reste à trouver le sélectionneur pour les Bleus...


J.P.E. : Laissez-nous travailler, on fera ce qu'il faut quand il le faudra.