Espagne - Biélorussie : la Roja touche au but

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par Francois TOUMINET|Ecrit pour TF1|2013-10-12T12:29:00.000Z, mis à jour 2013-10-12T14:02:44.000Z

Pas au mieux de sa forme, l'Espagne a peiné pour prendre la mesure de la Géorgie (2-1). L'essentiel est néanmoins acquis pour la Roja qui, sauf catastrophe, verra le Brésil en 2014.

En battant la Biélorussie vendredi soir (2-1), l'Espagne a fait un grand pas vers le Mondial 2014, puisqu'un nul face à la Géorgie mardi lui suffira pour se qualifier.


L'Espagne en sera

A moins d'une improbable défaite contre la Géorgie, mardi, à Albacete, l'Espagne peut déjà se projeter sur la Coupe du monde au Brésil. S'il lui manque encore un point pour valider officiellement sa qualification, les trois points d'avance et sa meilleure différence de buts sur l'équipe de France (+9 contre +6) peuvent lui permettre d'aborder assez tranquillement son ultime rendez-vous. Sauf cataclysme, le champion du monde en titre sera en mesure de défendre son bien en 2014.


Del Bosque pas content

Une victoire, une qualification quasi-acquise. Tous les signaux semblent au vert pour les Ibériques et c'est pourtant la soupe à la grimace que nous a offert le sélectionneur Vicente Del Bosque en conférence de presse d'après-match. "Nous n'avons pas trouvé les moyens d'écarter le jeu, a souligné l'entraîneur de la Roja. Nous savions que nous devions le faire face à une équipe aussi regroupée en défense mais nous avons été inefficaces. Nous avons manqué de pénétration sur les ailes. Les joueurs doivent faire plus, tenter leur chance de loin et être plus agressifs en attaque." Une déception justifiée par 90 minutes d'une faiblesse insigne pour la machine espagnole.


Xavi :"Difficile face à des adversaires regroupés"

Xavi, auteur du but libérateur d'une demi-volée à la 61e, tentait après-coup de justifier les ratés de sa sélection. "C'est toujours difficile quand les adversaires restent regroupés derrière, à 10 dans leur propre camp. On a essayé de jouer plus rapidement et de mettre de la fluidité dans le jeu mais parfois c'est difficile." Si le capitaine espagnole ne nie pas les difficultés récurrentes de la Roja lors de leurs dernières sorties - "il nous manqué d'être plus précis dans la dernière passe" - il préférait retenir la "belle victoire et (le) pas en avant très important en direction du Mondial."


L'Espagne affrontera la Géorgie mardi à Albacete pour son dernier match dans cette phase de qualifications à la Coupe du monde 2014.