Espagne - Del Bosque : " Important de perdre "

Voir le site Téléfoot

error
Par Emmanuel GUERIN|Ecrit pour TF1|2013-07-01T10:05:00.000Z, mis à jour 2013-07-01T10:05:00.000Z

L'Espagne a vécu une véritable humiliation hier face au Brésil (3-0). Certains y voient une fin de cycle mais pour le sélectionneur ibère, cette défaite est une bonne chose. Il faut désormais se remettre de ce revers.

La défaite n'a jamais un goût agréable, surtout lorsqu'on n'y est pas habitué. La Roja l'a appris à ses dépens en finale de la Coupe des Confédérations. Les Espagnols ont été largement dominés par leurs homologues brésiliens (3-0). Pour autant, le sélectionneur ibère, Vicente Del Bosque, refuse de tout remettre en cause et cherche le positif dans cette débâcle.

Bravo aux Brésiliens
Pour commencer, le technicien espagnol a rendu hommage à ses adversaires du jour. « Je félicite les Brésiliens, ils ont été meilleurs que nous. Tout a bien tourné pour eux, nous avons encaissé les buts dans des moments cruciaux, en début et en fin de première période et en début de seconde période, mais il faut reconnaître que le Brésil était très bien ». Cette fois, la Roja a trouvé plus fort.

Important de perdre
Le sélectionneur de la Roja a ensuite évoqué l'importance de connaître la défaite afin de se remettre en question et de progresser. « Nous savions à quel point c'était difficile de gagner, on ne peut pas toujours gagner, et de temps en temps, c'est important de perdre. Nous ne sommes pas invincibles, et le match de ce soir l'a prouvé ». Il faut maintenant se relever et ne pas cogiter.

Del Bosque reste optimiste
Malgré cette lourde défaite, Vicente Del Bosque refuse de tirer la sonnette d'alarme. « Bien sûr, nous ne sommes pas heureux de la défaite, et il faudra l'analyser, mais nos antécédents font que nous restons optimistes. Nous avons de bons joueurs, un bon style de jeu, et nous n'avons pas à les changer à cause d'une défaite, même si elle est méritée ». Contre vents et marées, la Roja restera fidèle à son modèle.

Avec cette victoire, le Brésil prive l'Espagne de la Coupe des Confédérations. Le dernier titre qui manque à cette génération dorée.