Espagne-Finlande : la Roja en difficulté avant le choc face à la France

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2013-03-23T11:00:00.000Z, mis à jour 2013-03-23T11:04:35.000Z

En marge du succès français sur la Géorgie, l'Espagne a buté sur une équipe finlandaise courageuse et défensive (1-1), malgré l'ouverture du score de Sergio Ramos. Deuxième du groupe I, les hommes de Del Bosque n'ont plus le droit à l'erreur.

Relégués à deux points de la première place, les Espagnols vont venir en France avec l'obligation absolue de gagner.

Ramos fête sa centième
A 26 ans et 357 jours, Sergio Ramos est devenu le plus jeune joueur à dépasser le cap des 100 sélections au sein d'une grande nation du football. Pour marquer le coup, le défenseur évoluant au Real Madrid a parfaitement repris un corner tiré par Silva (49ème). Vendredi soir, face à la Finlande, c'était peut-être la seule illumination à retenir. Car les Espagnols ont signé un nul, quelques jours avant leur déplacement au Stade de France. Pourtant, les hommes de Del Bosque, privés de Xavi (ischio jambiers), ont archi dominé, en vain. En face, l'équipe nordique a joué la carte de la défense à tout prix, trouvant la faille sur l'un de leurs rares contres (79ème).

Del Bosque : « On a essayé par tous les moyens »
Les regrets sont bel et bien là, nichés dans les têtes espagnoles et qui pourraient resurgir face aux Bleus. « C'est une situation que nous ne prévoyions pas, surtout vu le sens général que prenait le match. Après avoir pris l'avantage, on pensait que le match était joué [...] On a essayé par tous les moyens, la seule chose qui nous a manqué, peut-être, c'est de tenter un peu plus d'actions individuelles pour provoquer des fautes. » constate Del Bosque, primé à la dernière cérémonie du Ballon d'Or. Il tient néanmoins a souligné la performance de la Finlande, « Nous n'imaginions pas qu'ils seraient aussi défensifs, mais je les respecte, ils ont été très efficaces. »

Sans Silva ni Alba, avec la pression
Aujourd'hui, dans le groupe I, la Roja pointe donc à deux longueurs de la France. En somme, une défaite mardi signifierait quasiment un passage par les barrages et une qualification automatique pour les Bleus. Un nul n'arrangerait pas non plus les affaires des Champions d'Europe. Pour couronner le tout, ils devront se passer de David Silva, suspendu pour avoir pris trop de cartons jaunes, et probablement de Jordi Alba, touché à la cuisse droite (il doit passer des examens). « On dépend encore de nous-mêmes et il ne faut pas être pessimistes. On va aller en France pour essayer de gagner. » estime toutefois Del Bosque. Il devrait pouvoir compter sur le retour de Xavi.
La France aura une bonne carte à jouer, mardi, face à une Espagne que tout faux pas condamnerait pour la première place.