Essien a aussi le droit à sa statue ratée

Voir le site Téléfoot

essien
Par Thomas Ravenel|Ecrit pour TF1|2018-01-04T15:17:54.732Z, mis à jour 2018-01-04T15:26:55.826Z

Comme d'autres joueurs avant lui, Michael Essien a eu le privilège de voir une statue édifié à son honneur au Ghana. Malheureusement, elle n'est pas vraiment réussie.

Les statues de Thierry Henry ou de Lionel Messi, qui trônent respectivement devant l'Emirates Stadium et à Buenos Aires, ont été des réussites. Pour autant, on ne peut pas dire la même chose pour toutes les réalisations et ce n'est pas Michael Essien qui devrait dire le contraire...


Essien 17 ans de carrière, une statue

Un mois après avoir fêté ses 35 ans, Michael Essien méritait bien un petit cadeau au vu de sa carrière. La ville de Kumasi, au Ghana, s'est chargé de cet hommage, mais pas sûr que l'ancien milieu de terrain de l'Olympique Lyonnais soit vraiment flatté par cette douce attention. En effet, en mars dernier, le buste de Cristiano Ronaldo avait été la cible de nombreuses critiques et aujourd'hui c'est autour du Ghanéen de connaître la même mésaventure. Entre les proportions corporelles et du visage ratées, il est bien ambitieux de reconnaître dès le premier coup d’œil l'ex joueur de Chelsea ou encore du Real Madrid, où il avait joué en prêt lors de la saison 2012/2013. Essien, qui évolue aujourd'hui avec le Persib Bandug (Indonésie), n'a d'ailleurs pas encore réagi à cette sculpture. 



Bale et Maradona ont aussi eu leur "heure de gloire"

Michael Essien et Cristiano Ronaldo ne sont pas les seuls joueurs à avoir une statue à leur effigie qui porte à controverse. En effet, après le buste de CR7, Emanuel Santos s'est attaqué à Gareth Bale en mai dernier et le résultat est édifiant puisqu'une fois de plus les critiques n'ont pas manqué de pleuvoir. Néanmoins, le sculpteur, qui se trouve être un grand fan du Real Madrid, a laissé entendre lors d'un entretien à Itv Wales news qu'il n'avait pas envie de s'arrêter là : "Peut-être que j'en ferai une autre pour un coup du chapeau, comme on dit dans le football." Juste avant Noël, Diego Maradona a lui aussi eu le droit à ce "privilège" à Calcutta, en Inde, avec une oeuvre de quatre mètres de haut. Mais, là encore quelques problèmes dans la réalisation ont été remarqués par les internautes qui ont souligné la ressemblance étrange de cette création à Susan Boyle.