ESTAC : Maxime Maurin, portrait de la nouvelle muraille de Troyes

Voir le site Téléfoot

Maxime Maurin
Par Silvestro DE CARO|Ecrit pour TF1|2016-09-20T13:24:49.107Z, mis à jour 2016-09-20T13:38:51.166Z

Actuellement au centre de formation de l’ESTAC, Maxime Maurin rêve d’une carrière ponctuée de succès, de trophées et de sélections en Equipe de France. A 16 ans, le jeune gardien évoque son parcours, ses ambitions et Hugo Lloris, son modèle. Portrait d’un joueur déjà bourré de talent.

Dans son histoire, l’ESTAC peut se targuer d’avoir formé des jeunes pépites, auteurs de débuts de carrières prometteuses. Djibril Sidibé fait actuellement les beaux jours de l’AS Monaco, Paul Bernardoni a sa chance à Bordeaux et Jimmy Cabot rentre régulièrement en jeu à Lorient. Blaise Matuidi, également formé à Troyes, est dans une autre dimension. Titulaire au PSG et en Equipe de France, le milieu de terrain a plus l’habitude de faire trembler les filets que de les garder. A 16 ans, Maxime Maurin rêve d’une carrière à l’image de celle du Parisien. Le jeune gardien s’est confié en exclusivité à Telefoot.fr.

Un gardien qui a la tête sur les épaules

Comme beaucoup d’enfants bercés devant l'Euro 2000, Maxime Maurin rêve d’embrasser une carrière de joueur de football. A quatre ans, il entretient son dessein en s’inscrivant à Brétigny-sur-Orge, un club en Essonne qui fait régulièrement de beaux parcours en Coupe de France. Le jeune talent rejoint ensuite Linas-Montlhéry en U14 avant de prendre la direction de Fleury-Mérogis, un des meilleurs clubs de la région parisienne. Mais Maxime le sait, s’il veut faire un pas supplémentaire vers son rêve, il doit quitter son cocon familial.

La saison dernière, Maxime Maurin décide donc de s’engager à Troyes. Un choix mûrement réfléchi : « Pour moi, l’ESTAC était la meilleure solution pour terminer ma formation tout en continuant d’aller à l’école. » Le joueur le sait, seuls les plus talentueux signent un jour un contrat professionnel. Alors, en parallèle, il prépare un plan B qui lui tiendrait également à cœur : « Si je ne perce pas, j’aimerais devenir entraîneur de gardiens, ce qui me permettrait de rester dans le monde du football. Mais mon objectif, c’est vraiment de signer pro, je travaille et m'entraîne d’ailleurs dur pour cela. »

Un gardien à l’aise balle au pied

A l’aise balle au pied, Maxime Maurin est décrit par les recruteurs comme l’un des meilleurs gardiens de sa génération. Fort sur sa ligne de but, l’adolescent qui aimait bien se jeter dans la boue petit a une bonne lecture des trajectoires et aime trouver les attaquants dans la profondeur. Ses idoles sont d’ailleurs Hugo Lloris et Neymar, un gardien très bon sur sa ligne et un attaquant à l’aise balle au pied… Tiens donc ! La ressemblance avec le portier des Bleus ne s’arrête pas là car l’OL est le club de cœur de Maxime : « En France, l’Olympique Lyonnais est le club de mes rêves. Ils ont un centre de formation très performant avec de très bons éducateurs. Jean-Michel Aulas est également un très bon président. » Avant éventuellement d’être transféré un jour dans le club de Lacazette, Maxime se prend à rêver : « L’Equipe de France, c’est mon but ultime. J’aimerais remporter des trophées avec les Bleus. Disputer la Ligue des Champions est également mon objectif. »

Une fin de saison chez les U19 ?

En attendant d’avoir une carrière aussi remplie que celles de ses idoles, Maxime Maurin compte y aller étape par étape : « Cette année, j’aimerais enchainer les rencontres avec les U17, jouer les playoffs et gagner le championnat. En fin de saison, j’espère passer en U19. » Le gardien admire l’ascension d’Alban Lafont, titulaire à 16 ans seulement avec Toulouse : « Il a su trouver sa place, il est grand, il se montre dans les matches importants. C’est un immense talent, comme Gianluigi Donnarumma en Italie, même si j’ai un peu moins suivi son parcours. »

Le parcours de Maxime Maurin n’est pas sans rappeler celui de Yehvann Diouf, gardien et plus jeune joueur à avoir signé professionnel à Troyes. L’avenir semble radieux.