Euro 2012 : France - Biélorussie (0-1), une inquiétante défaite

Voir le site Téléfoot

Lloris: 'Il faut accepter'
Par Christopher GIL|Ecrit pour TF1|2010-09-06T08:33:00.000Z, mis à jour 2010-09-06T08:33:00.000Z

La France s'est inclinée 1 à 0 face à la Biélorussie au Stade de France. Les tricolores prennent un bien mauvais départ dans ces qualifications pour l'Euro 2012.

Défaite d'entrée pour les Bleus face à la Biélorussie. Analyse du match de l'équipe de France.


Un groupe qui manque d'expérience
L'équipe de France a montré de la bonne volonté vendredi soir face à la Biélorussie. L'envie de bien faire était palpable cependant le manque d'expérience des joueurs présents sur la pelouse a pu jouer en leur défaveur. En effet, le duo d'attaque Hoarau-Rémy était novice - ou presque - au niveau international. Tout comme Mexes, Rami, M'Vila ou encore Menez. Ce dernier l'a d'ailleurs reconnu après le match, il n'a pas supporté la pression, lui qui jouait son premier match officiel avec les Bleus : « Je n'ai jamais ressenti autant de pression et d'émotion que vendredi soir. C'était mon premier match international, en plus devant le public français. Ce n'était pas évident, surtout après tout ce qui s'est passé ». M'Vila a par contre été lui une des satisfactions coté français. Tout comme Valbuena quand il est entré en jeu.


Un manque d'automatisme logique
L'équipe de France est en pleine phase de reconstruction. Plusieurs joueurs étaient suspendus pour ce match, sanctionnés pour la grève lors de la dernière Coupe du Monde. De plus, la France devait se passer d'un éventuel meneur de jeu, Ribery, Gourcuff ou encore Nasri n'étant pas présents. Le groupe tricolore est jeune et beaucoup de nouvelles têtes font leur apparition (Rami, M'Vila, Hoarau, Rémy). Ce dernier doit encore apprendre à mieux se connaître afin de parfaire ses automatismes sur le terrain. Mais le temps presse. Mardi, un nouveau défi attend les Bleus : la Bosnie.


Il sera surtout question de ne pas perdre pour ne pas hypothéquer complètement ses chances de qualifications.



Christopher GIL