Dans l'actualité récente

Euro 2012 - France : Nasri sort du silence

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par Guillaume HENAULT-MOREL|Ecrit pour TF1|2012-06-27T13:59:00.000Z, mis à jour 2012-06-27T14:02:35.000Z

Quatre jours après l'élimination de l'équipe de France de l'Euro et la polémique sur ses insultes envers un journaliste, Samir Nasri s'est exprimé sur son compte Twitter. Exprimant des regrets sur ses paroles, le milieu de terrain reste attaché à la sélection nationale.

Sa première réaction publique était très attendue après les révélations sur son comportement, Samir Nasri a opté pour les réseaux sociaux afin d'apporter des premiers éléments de réponse.



Excuses pour les enfants


Les insultes divulguées lors de son altercation avec un journaliste de l'AFP avaient provoqué un large sentiment d'indignation dans le monde du football. Sur son compte Twitter, Samir Nasri a commencé un travail de repentance à destination notamment des plus jeunes « que les supporters et tout particulièrement les enfants sachent que je regrette sincèrement que mes paroles aient pu les choquer » indique-t-il tout en réaffirmant son amour pour l'équipe de France et son « profond respect pour le public. »



Affaire personnelle


En dépit de ses premiers mots d'excuse, le milieu de Manchester City demeure remonté contre la presse française « il s'agit d'une affaire personnelle entre quelques journalistes et moi. Je m'en expliquerai quand le moment sera venu » souligne-t-il alors qu'une première polémique était déjà intervenue avec ces mêmes individus lors de la célébration de son but contre l'Angleterre à l'Euro.



Sanction probable ?


Au vu de la résonnance prise par l'affaire Nasri avec notamment l'intervention de la ministre des Sports, Samir Nasri devrait avoir des difficultés à échapper à des sanctions disciplinaires. A l'image de celles infligées à Nicolas Anelka après le fiasco sud-africain, l'ancien Marseillais pourrait risquer une longue suspension par l'instance fédérale.


Noël le Graët, président de la FFF, a néanmoins affirmé ne pas vouloir se précipiter dans cette affaire.